Mike Brant, un secret bien gardé

Mike Brant: ce terrifiant secret de famille caché par sa maman

MIKE BRANT – Un terrible secret de famille découvert à son adolescence. Le 25 Avril 1969, décédait le célèbre chanteur Mike Brant.

A l’occasion de cette commémoration, sa nièce Yona, nous livre un terrible secret qui avait complètement brisé l’interprète de la chanson « Rien qu’une larme».

Né à Chypre, puis immigré en Israël, le fils de Fishel Brand et de Bronia Rosenberg, apprend une page terrible de l’histoire de sa famille.

A cette époque, de son vrai nom Moshé Brant, Mike Brand découvre en effet que sa mère a été déportée dans les camps de concentration, siège de l’horreur de la Shoah, durant la seconde guerre mondiale. D’origine polonaise, la mère de ce grand artiste avait, en effet, connu les camps de la mort, alors régis par le Troisième Reich, qui déciment plus de 6 000 000 juifs, mais aussi de Tziganes et de prisonniers politiques.

L’Allemagne, nazie d’Hitler, avait alors dans un processus d’horreur, tué avec la plus grande barbarie, la moitié des personnes juives du monde. Rescapée, miraculeusement des chambres à gaz d’Auschwitz, Bronia Rosenberg, devenue Brand, avait longtemps caché cette terrible vérité à son jeune fils, Mike.

Cette vérité abrupte a si profondément marqué le jeune Mike Brant, alors âgé de 15 ans à ce moment là, qu’il en avait souffert d’affreux ulcères à l’estomac. Un choc qui a forcément fragilisé l’enfant qu’il était, et a certainement conditionné par la suite, sa vie d’homme et de grand artiste.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

MIKE BRANT 45 ANS DÉJÀ… TÉMOIGNAGES DES PROCHES JEAN RENARD Lorsque Mike est arrivé en France et ne parlait pas le français en 1969, c’est Jean Renard-que Sylvie Vartan et Carlos ont présenté au jeune artiste- qui est devenu son producteur, auteur, compositeur et directeur artistique, comme il l’était à l’époque pour Sylvie Vartan (La Maritza, J’ai un problème) et Johnny Hallyday (Que je t’aime), etc. Jean et Mike ont eu un véritable coup de foudre artistique et ont fait plus de 265 séances d’enregistrements (Mike travaillait ses texte en hébreu phonétique), pour préparer ce qui sera le premier album de Mike avec des chansons inoubliables notamment « Laisse-moi t’aimer », « Mais, dans la lumière », « Parce que je t’aime plus que moi », etc. Suite du texte et de la video sur https://www.facebook.com/officielmikebrant/ #mikebrantofficiel #mikebrant #moshebrand# #israelisinger #artist #singer #compositor #star #legend #seventies #icon #lovesong# #remembranceday#45years#memort#angel#testimony#jeanrenard#🙏❤ #neverforgetu #love#

Une publication partagée par Mike Brant (@mikebrantofficiel) le

Cela faisait 45 ans, le 25 avril 2020, que Mike Brant disparaissait, à l’âge de 28 ans, dans des circonstances très mystérieuses, toujours non élucidées à ce jour. Le jour de sa mort, des passants retrouvent le corps de l’idole de toute une génération, gisant sur le sol devant son appartement, alors situé dans les quartiers du 16ème arrondissement de Paris.

Sa mort soudaine crée immédiatement l’effet d’une bombe médiatique, et des milliers de fans pleurent la mort de ce célèbre artiste. Certains portent des t-shirts à son effigie, d’autres se font tatouer son visage sur leur corps.

Suicide ou accident, personne ne peut le dire avec certitude encore aujourd’hui, mais on le savait très fragile psychologiquement. En effet, Mike Brant avait déjà tenté de mettre fin à ses jours un an avant sa tragique disparition.

Blessure du passé et vie d’artiste vécue à 100 à l’heure semblent avoir poussé le chanteur à commettre un acte irrréparable. Il s’ en était sorti de justesse de cette tentative de suicide et avait dit sur son lit d’hôpital «Je ne veux pas mourir». Phrase qui, un an plus tard, prendra évidemment un tout autre sens.

Enterré, en Israël, dans le cimetière du Camp David à Haïfa, Mike Brand est devenu une légende. Très attaché à son pays d’accueil, Il s’y était d’ailleurs rendu plusieurs fois afin de soutenir les soldats.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Chers Amis de Mike, La journée du souvenir pour Mike a été très intense en émotions et vous avez offert des messages extraordinaires. C’est pourquoi, Mile Brant Officiel prend l’initiative de continuer de poster les témoignages reçus pour Mike et profite de vous remercier infiniment d’être toujours aussi présents et si nombreux. Vous êtes la famille de cœur de Mike Brant. De son étoile, il doit être surpris et tellement heureux. Merci d’être là ! Diffusions à venir qui n’ont pu être postées hier : – Vos témoignages » -Jean Renard, producteur, auteur, compositeur – Aurelie Agostini, choriste de Mike – Yona Brand, nièce de Mike – Médias – Photos, chansons – Etc. ‘ #mikebrantofficiel #mikebrant #moshebrand# #israelisinger #artist #singer #compositor #star #legend #seventies #icon #lovesong #remembranceday#45years#memort#angel#wewillneverforgetyou#love #your family#familybrand#fans#friends#rip#loveyou#

Une publication partagée par Mike Brant (@mikebrantofficiel) le

Pour les plus jeunes d’entre nous, il faut rappeler la folie qui entourait la carrière de cet illustre artiste. Il déplaçait et déchainait les foules, et on pouvait assister à des scènes d’hystérie générale à chacune de ses apparitions. Les groupies se jetaient littéralement sur lui et créaient de véritables émeutes. Lors de ses concerts, les fans tentaient de monter sur le podium afin de tenter de l’embrasser ou de lui arracher un bout de vêtement.

Fin des années 1960 et début des années 1970, Mike Brand est un véritable phénomène de société. Rendu très célèbre par des titres tels que « Rien qu’une larme », « Laisse moi t’aimer », ou encore «Qui saura», il vend durant des années des millions de singles et d’albums, rempli à guichet fermé tous ses spectacles, et crée des émeutes de jeunes filles à chacune de ses apparition. Mike sait aussi comment jouer de son physique qu’il sait avantageux.

Découvert quelles années plus tôt par Sylvie Vartan et Carlos, dans un établissement à Téhéran en Iran où il se produisait, ces derniers sous le charme de Mike, l’avaient invité à Paris et lui avait mis le pied à l’étrier pour faire décoller sa carrière d’artiste francophone. Bien que ne parlant pas français à l’époque, le jeune israélien a très vite su s’adapter.

Mais, c’est réellement, Monique Le Marcis, alors directrice des programmes sur la chaine de radio RTL, qui l’avait vraiment aidé à se lancer. A cette époque, Monique Le Marcis fait la pluie et le beau temps à la radio, et surtout visionnaire, elle sentait en Mike Brant bien plus qu’un chanteur, mais une superstar en puissance.

Le succès ne se fait pas attendre. Il fera la première partie des spectacles de Dalida à l’Olympia, multipliera les passages télés, les émissions de Radio, et en quelques mois, il devient le chanteur N°1, dépassant même en vente de disques, le roi de l’époque, Claude François. Il exécutera aussi un duo avec le récemment disparu, Christophe, en interprétant l’un des plus célèbres tubes du chanteur « Aline ». Un grand moment dont les téléspectateurs se souviennent.

Mais sous cette apparente image du bonheur, Mike Brand est un être meurtri et plein d’angoisse, et souffre de plus en plus de dépression. Son succès peut être trop rapide, son déracinement, la mort de son père en 1967 alors qu’il n’avait que 20 ans, et le terrible secret de sa mère, ont fortement fragilisé l’artiste.

Le 05 Juin de cette année, un album sortir aux Editions Warner, avec ses plus belles chansons et, selon sa nièce Yona, quelques morceaux inédits de l’Artiste. Les fans peuvent se réjouir de retrouver tous les standards musicaux de Mike Brand, avec en plus quelques surprises. Yona Brand, responsable des affaires françaises de Mike, annonce aussi qu’elle a toujours le souhait de voir sur l’écran une œuvre cinématographique qui retracerait la vie de son oncle disparu.

La mort de Mike Brant avait laissé un grand un grand vide dans le paysage de la chanson française. Et ses milliers de fans, toujours aussi nombreux, réserveront très certainement un accueil chaleureux, aux différents projets qui leur feront revivre leurs amours de jeunesse.

«C’est ma prière», «C’est comme ça que je t’aime», et de nombreux autres titres, rappelleront, toujours avec grand émoi, de nombreux souvenirs d’adolescents à ses fans, toujours aussi fidèles à l’artiste.