pandémie

L’Euro 2020 reporté en 2021 à cause de la pandémie du coronavirus

C’est officiel, la décision a été prise il y moins d’une heure, l’EURO ne se jouera pas cette année. Grosse déception pour les supporters mais une décisions complètement compréhensible et attendue. Le coronavirus (pandémie) n’épargne personne alors que la plupart des pays du monde entrent en période de confinement.

 

Les fans déçus mais soulagés

C’est en effet, la fin d’un suspense insoutenable aujourd’hui alors que l’on apprend la décision est prise par l’UEFA de reporté l’EURO 2020 à l’année suivante. La compétition de football devait se jouer du 12 juin au 12 juillet. C’est un report d’un an, à l’été 2021, qui ne sera pas sans conséquences mais qui était clairement inévitable. Au moins, les compétitions auront bien lieu et c’est une nouvelle qui soulage aussi les supporters. L’annulation pure et simple aurait été brièvement évoquée mais elle n’aura pas lieu.

Voici la réaction de Noël Le Graët, le Président de la FFF (Fédération Française de Football), dans un communiqué de presse sur le report de l’EURO 2020. Il y met l’accent sur la solidarité et l’action collective pour la lutte contre le coronavirus. Comme quoi, combattre un virus c’est aussi un sport d’équipe.

 

 

Alors que les différentes ligues de football sont suspendus depuis le 12 mars 2020, cette annonce se faisait attendre. C’est avec pragmatisme que la décision a donc été prise du report de l’EURO pour se dérouler du 11 juin au 11 juillet 2021. La décision a été votée à l’unanimité des 55 fédérations membres de lUEFA lors d’une réunion aujourd’hui. Pour que tout se déroule au mieux et que le Championnat d’Europe des nations est décalé pour laisser le temps aux autres compétitions suspendues de se terminer. Les compétions suspendues sont la Ligue des champions, la Ligue Europa et bien sûr les championnats nationaux. Ces compétitions sont suspendus jusqu’à nouvel ordre et ne pourront pas reprendre avant que le coronavirus et la crise sanitaire qu’il crée se soit calmée. Les décisionnaires affirment continuellement observer l’évolution du phénomène pour reprendre au bon moment et sans traîner de trop.

 

Impacts financiers et calendriers à revoir

Des équipes ont été créée par l’UEFA et sont sur le coup pour établir des calendriers de rencontres qui correspondront aux dates des reports des matchs. Un vrai casse-tête vu le nombre de compétitions et le nombres d’équipes impliquées. Il était très important pour la confédération européenne de football que ces matchs se maintiennent. Leurs reports étaient inévitables aux vues de la crise du coronavirus et de ses conséquences mais une annulation aurait entraînée de lourdes pertes financières. La compétition de l’EURO se joue tous les quatre ans. En 2016, elle avait généré plus d’un milliards d’euros rien qu’en droits de diffusion télévisée. Ainsi qu’un chiffre d’affaires de presque 2 milliards d’euros. Pour éviter une telle perte d’argent, les décisionnaires se sont creusés les méninges pour trouver une solution de report de la compétition.

Ils vont maintenant devoir trouver une solution avec les calendriers de toutes les compétitions pour faire coïncider tous les matchs sans problèmes. C’est dans un calendrier international que ces sports de hauts niveaux et de grande audience s’inscrivent. Il a été souligné aux organisateurs qu’un des risques de report était de voir l’EURO se jouer en même temps que la Coupe du monde des clubs. Cette Coupe du monde doit se jouer en Chine. Les deux compétitions attendent des revenus importants générés par leurs audiences et leurs supporters, il ne faudrait pas qu’ils aient à se partager le gâteux.

 

Le sport mondial à l’arrêt

Le football n’est pas le seul à plaindre lorsque l’on parle du coronavirus et de report de matchs. En effet, ce sont les sports du monde entier qui se retrouvent privé de ballon, de circuit, de terrain, de vélo, de skis… Aucun sports n’a échappé au coronavirus. Pour tous les sports c’est l’attente. Pour permettre la reprise des sports dans de bonnes conditions il faudra certainement attendre la fin du gros de la crise. Et peut-être même un vaccin efficace étant donné la promiscuité qu’implique certains des sports. Les supporters sauront être patients pour soutenir les athlètes de tous sports dans les meilleurs conditions. N’allons pas nous précipiter et organiser des matchs de rugby à huit clos, avec l’obligation pour les joueurs de mettre en place des gestes barrières sur le terrain. Non merci !

La NBA est suspendue jusqu’à nouvel ordre. De même que tous les matchs de tennis et leurs tournois. Le ski également alors que la saison était presque terminée mais il convient évidemment de ne prendre aucun risque. Le Rugby est aussi concerné bien sûr, avec une suspension de toutes les compétitions professionnelles et amateures et ce jusqu’à nouvel ordre. Tous les sports sont concernés et ce dans tous les pays. Pour les sports automobiles c’est le très attendu Grand Prix d’Australie qui est annulé à cause de la pandémie due au coronavirus. Et comme pour le football, les calendriers des compétitions de tous ces sports se retrouvent complètement chamboulés. Chacun des décisionnaires des groupes qui représentent ces différents sports ont bien conscience des impacts économiques et organisationnels de ces reports ou annulations.

Le coronavirus (pandémie) n’est pas à prendre à la légère

Toutes ces mesures ne sont pas prises de gaité de cœur. Elles doivent notamment nous rappeler la gravité de la pandémie en cours. Alors qu’un confinement strict est appliqué en France depuis midi aujourd’hui, nous devons garder à l’esprit que nous ne sommes pas les seuls pour tenir le coup. Si tous le sport mondial prend de telles décisions cela devrait nous encourager à respecter les règles de confinement imposées hier soir dans le discours du Président de la République, Emmanuel Macron. Nos sportifs nous reviendront reposés et nos comptions favorites reviendront petit à petit pour notre plus grand bonheur. Gardons à l’esprit qu’il vaut mieux prévenir que guérir. En effet, les hôpitaux commencent déjà à manquer de place dans plusieurs régions françaises. Ne rajoutons pas à leur combat contre le virus pour les aider à sauver des vies. pandémie

Julie Bourdin
Julie Bourdin - Rédactrice web passionnée par la culture et par l’actualité. Je me fais un devoir de tenir mes lecteurs informés sur les dernières news.