Les "Urban Goals" d'Angleterre photographiés par Michael Kirkham | Offside !

0
141
les-urban-goals-d39angleterre-photographies-par-michael-kirkham-offside-2

Offside!: Pourquoi s’être lancé dans ce projet?

Michael Kirkham: J’ai vu énormément de buts dans Liverpool et ils étaient souvent peints dans les quartiers les plus défavorisés. Ça m’a fait penser aux ambitions des enfants qui les utilisent pour jouer. Quels sont leurs buts dans cette ville, leurs “goals urbains”? Ça vient de là.

La majeure partie de mon travail a un rapport avec les classes et la société, leurs places dans un monde modern. Les buts que j’ai pris en photo pour mon projet sont tous dans des zones parmi les plus défavorisées du Royaume. La peinture qui se décolle de ces buts abandonnés, c’est une métaphore directe du traitement de cette nouvelle génération par les gouvernements des Conservateurs.

Offside!: D’où vient-tu? Quelle équipe supportes-tu?

Michael Kirkham: Je suis né à Liverpool mais j’ai déménagé dans le sud-est de l’Angleterre à mes huit ans. Je suis retourné vivre à Liverpool quand j’ai eu 25 ans. Je suis un fan de Liverpool. Du côté de ma mère, la famille est Blue (Everton) tandis que du côté de mon père ils sont Reds.

O!: Beaucoup de managers en Angleterre ont déclaré qu’il y avait de moins en moins d’enfants qui jouaient au football dans la rue et que ça pourrait être une des raisons des galères de la sélection anglaise au niveau international. Qu’est-ce que tu en penses?

Oui, j’ai l’impression qu’on a peur de laisser nos enfants jouer dans les rues de nos jours. Je trouve que ce climat de peur est bizarre. C’est une des raisons pour lesquelles je me suis lancé dans cette série de photos, pour mettre en avant ces problèmes. Les gamins ont besoin d’un endroit pour parfaire leur technique et dans des zones urbaines, l’espace devient un bonus. En plus de ça on les regarde comme s’ils étaient des menaces, pas comme des futurs Gerrard ou Beckham. Vraiment très triste…

O!: Est-ce que toi tu y jouais souvent dans les rues?

Oui! Quand j’étais plus jeune, le foot de rue, on y jouait toute l’année. On jouait avec des boites de conserve vides si personne n’avait de ballon ou une balle de tennis, tout faisait l’affaire. Je n’ai jamais été très bon par contre, je me retrouvais toujours aux cages!

O!: Où est-ce que tu as trouvé le plus de ces « Urban Goals »?

Liverpool en a en abundance, clairement la ville qui en a le plus jusqu’à present. Toxteth, Kensington et Boothe sont les quartiers où j’en ai trouvé le plus. Ce sont toutes des zones défavorisées.

O!: Tu t’es retrouvé invité à taper le ballon avec les gamins?

Ha! Non, pas encore. Je ne suis tombé que peu de fois sur des gamins qui jouaient jusque là et pour être honnête, vous ne pouvez pas prendre de gamins en photo au Royaume-Uni. Je me serais fait poursuivre dans la rue par des parents en colère!

O!: Quelles étaient les réactions des enfants quand ils t’ont vu prendre tes photos?

Les quelques enfants que j’ai rencontré ont juste été curieux. Ils se demandaient pourquoi je me prenais la tête à photographier des buts peints sur des murs.