Jamel Debbouze détruit, cette annonce qui attriste les Français

0
98
jamel-debbouze-detruit-cette-annonce-qui-attriste-les-francais-2

Lecture suivante

Jamel Debbouze, le célèbre humoriste, a plusieurs casquettes. Ainsi, il est aussi comédien, producteur et entrepreneur. À sa charge ce sont plusieurs projets qui rencontrent le succès, tel que le festival international du rire de Marrakech. Il est aussi le créateur du Jamel Comedy Club ou celui du film d’animation Pourquoi j’ai mangé mon père. Si le succès sourit toujours à Jamel Debbouze, les temps de crise sanitaire que nous traversons ne lui réussissent pas du tout. Découvrez pourquoi dans cet article.

Le Covid-19 s’attaque au monde du spectacle

Comme toutes les personnes issues du domaine du spectacle, la pandémie est vraiment une très mauvaise nouvelle. Elle met au plus mal les artistes du monde entier car leurs métiers supposent le regroupement de beaucoup de personnes. Et jusqu’à nouvel ordre, les rassemblements resteront interdits. La fin du confinement se fera progressivement et les spectacles seront les grands derniers. Les autorités sanitaires ont évoqué la période de l’automne 2021 pour une reprise normale de ces métiers. Pour certains le temps sera très long et pour d’autres il faudra tout bonnement devoir envisager une reconversion. C’est réellement terrible car être artiste ou faire partie de la famille du spectacle, c’est bien plus qu’un métier. Pour la majorité d’entre eux, c’est une vocation, une passion, un état d’être et d’esprit.

Une nouvelle très difficile à encaisser pour Jamel Debbouze

Pour Jamel Debbouze précisément, c’est son festival qui est frappé d’un grand coup. Un évènement annuel d’une grande envergure que l’humoriste se voit contraint d’annuler cette année. Chaque année, ce sont près de 3 millions d’euros que coûte le festival. La douleur est grande pour celui qui s’est tant investi dans ce projet. Surtout qu’il n’est pas à sa première édition. Le festival du rire de Marrakech va bientôt fêter ses 10 ans. Pourtant, les conditions sanitaires sont telles qu’il serait beaucoup trop dangereux de maintenir l’événement. C’est donc avec un profond regret et une grande colère que Jamel Debbouze annonce la nouvelle sur son compte Instagram.

Un message de tristesse et de colère mais qui se veut aussi porteur d’espoir

Le message de Jamel Debbouze est très touchant puisqu’il est rempli de compassion pour les autres. L’humoriste prend en effet le temps de penser à toutes les personnes investies dans le projet. Comme lui, il sait que chacun est animé par la passion de son travail. Que ce soit les techniciens, les partenaires, les artistes et le public, il n’oublie personne. Et même si il est très déçu, il sait que le temps permettra au festival du rire de reprendre ses droits. L’espoir renaît à la fin de son message pour envisager l’édition de 2021 avec enthousiasme.

La pandémie est vraiment à prendre au sérieux. Maintenir de tels événements reviendraient à mettre les gens en danger de mort. Jamel Debbouze a bien conscience de la gravité de la situation, et n’a pas hésité à prendre la décision d’annuler le festival même si c’est le cœur lourd. Le comédien sait bien qu’il ne doit pas faire prendre de risque à qui que ce soit, même si cela signifie faire une croix sur l’édition de cette année du festival d’humour.

La pandémie contraint tout le monde à s’adapter

Avec le confinement et l’épidémie, personne n’échappe à devoir changer ses plans. Des habitudes de vie sont complètement chamboulées. Aussi, les musulmans commenceront demain le ramadan sous un nouveau jour. Traditionnellement, cette période est aussi le moment de retrouver les amis et la famille au couché du soleil. Des temps d’allégresse et de partages dès la tombée de la nuit. Pourtant, ils devront passer les fêtes confinés et loin les uns des autres. Jamel Debbouze est de confession musulmane et adresse aussi son soutien aux personnes qui vont suivre ce rite cette année dans des conditions exceptionnelles.

Les fêtes de Pâques avaient aussi été très particulières cette année. Alors que la tradition chrétienne voudrait que les familles se rassemblent et partage de joyeux moments, personne n’a pas se défaire des règles du confinement. Ce sont les habitudes de tous les français, quelles que soient leurs confessions religieuses, qui sont mises à mal. Nous allons devoir faire preuve d’encore beaucoup de patience pour sortir de cet enfer. Même si la date du 11 mai marquera, normalement, celle de la fin du confinement, nous devront rester sur nos gardes.

En effet, le virus ne disparait pas et nous serons donc de nouveau sous la menace d’une vague de contagion. Les efforts de chacun doivent se combiner pour limiter au maximum la propagation du virus. Sans quoi nous allons devoir recommencer de zéro tout le processus. Seul un vaccin pourra nous sortir définitivement de cette crise sanitaire. En attendant, il faudra apprendre à vivre avec cet ennemi invisible qui met la vie de tous en danger. Le monde entier doit continuer à prendre la menace au sérieux. La levée du confinement ne marque pas le retour à la normal, mais seulement une nouvelle phase d’un processus inédit.

Julie Bourdin 24 avril 2020