Emmanuel Macron exténué et à bout de souffle: selon Jean-Luc Mélenchon

Emmanuel Macron « exténué » et « à bout de souffle »: selon Jean-Luc Mélenchon

  • Julie Bourdin
  • 4 avril 2020

Emmanuel Macron: Toujours aussi piquants, les mots de Jean-Luc Mélenchon, interviewé sur FranceInfo il y a trois jours, sont durs contre le Président de la République. Alors que jusque là l’opposition s’était faite discrète, Emmanuel Macron et son premier ministre Edouard Philippe commencent à recevoir des tacles en règles concernant leur gestion de la crise sanitaire.

La crise sanitaire fait rage et malmène le gouvernement

Le chef de file du parti « La France Insoumise » est bien connu pour mettre les pieds dans le plat. Ces expressions et allocutions sont toujours franches et ne tournent pas autour du pot. Franceinfo lui donne la parole lors d’un interview le 1er avril et jean-Luc Mélenchon parle sans détours de la santé du Président de la République Emmanuel Macron. Selon lui le Président de la France est « au bout de sa vie, il est fatigué ». Et en effet il y a de quoi être éprouvé par les événements en cours.

La crise sanitaire est telle que ce sont des milliers de morts qui sont à déplorer sur le territoire. Les vieilles polémiques concernant le manque de moyen des hôpitaux refont surface avec des vidéos terribles à l’appui. En effet, les systèmes de santé dans leur ensemble avaient manifesté de nombreuses fois réclamant plus de moyens. Aujourd’hui la France paye les frais de ne pas avoir su entendre leur message.

Les hôpitaux sont débordés mais pas seulement en France. L’épidémie est telle que le monde entier fait face à une crise sanitaire sans précédent. D’abord la Chine, qui commence à voir le bout du tunnel, puis l’Europe et les États-Unis font le décompte macabres de centaines de morts quotidiennement.

Jean-Luc Mélenchon ne fait pas dans la dentelle

Jean-Luc Mélenchon critique également les propos du Président de la République lors de son discours du 16 mars 2020. Il s’agissait du discours du Président pour annoncer aux français la mise en place de mesures strictes de confinement. Pour marquer les esprits et faire comprendre la gravité et l’ampleur de la crise sanitaire, Emmanuel Macron avait fait un choix de vocabulaire militaire. Ainsi, à plusieurs reprises il répéta que le pays était en guerre. Pour Jean-Luc Mélenchon les propos étaient « un peu excessifs ». Et il ajoute gravement que « tout son cadre mental s’est effondré ».

Il est en effet compréhensible que le Président de la République soit mis à rude épreuve. Jamais en plus de 100 ans, une telle épidémie avait fait rage dans le pays. C’est aussi pour cela qu’Emmanuel Macron avait parler de « guerre sanitaire« . La France est en effet dans une situation économique telle qu’il est possible de la comparer à une économie de guerre. Ainsi, les efforts du pays sont tous tournés vers le soutien aux hôpitaux et à la continuité de l’approvisionnement alimentaire, pour le bien-être maximal, dans de telles conditions, de la population française.

Le président de la République est-il sur le point de craquer ?

De là à savoir si le Président de la République, Emmanuel Macron, va craquer mentalement, il y a tout de même de la marge. Jean-Luc Mélenchon délivre son analyse et cela n’engage que lui. De plus, les téléspectateurs sont habitués aux allocutions du chef de file de « la France Insoumise » comme étant grandiloquentes.

Evidemment, les opposants politiques pourraient se délecter d’une telle situation et en profite pour asséner des coups bas au Président de la République. Malgré les propose de Jean-Luc Mélenchon, l’ambiance reste clame bien que tendue. Ce serait en effet du pire effet que de se permettre d’attaquer dans ces circonstances. L’heure est à la solidarité pour pouvoir espérer voir le bout du tunnel.

La France dans son ensemble doit faire corps et s’en tenir aux mesures mises en place sinon elles ne seront pas efficaces. Nous n’avons d’autres solutions que de suivre les directives gouvernementales et ainsi, participer à notre échelle au ralentissement de la propagation du virus. Sans quoi, les hôpitaux de tout le pays ne seraient plus en capacité de soigner les malades en grands nombres.

Faire front ensemble serait la seule solution envisageable

L’image militaire choisie par le Président de la République peut être critiquée mais elle a le mérite de faire passer le message de façon claire. Nous ne devons avoir qu’un seul ennemi commun et rester souder pour le vaincre. Le COVID-19 doit être freiner et nous devons tous participer à l’effort national pour l’empêcher d’avancer. Là-dessus, tous les politiciens sont d’accords pour dire que la France doit être unie. Peut-être pas toujours derrière les mêmes idées, mais en tout cas l’union des citoyens et une force reconnue de tous.

Plus les jours avancent et plus c’est le premier ministre, Edouard Philippe, qui s’exprime à la télévision. Le Président de la République est quant à lui montré sur différents terrains, en action, au plus proche des foyers de crises. Communication ou efficacité réelle, seul le temps nous le dira. La crise sanitaire n’a pas encore atteint son pic dans toutes les régions françaises. Si le Grand-Est commence à respirer un peu, elle était dans le vif de la crise depuis 6 semaines. Les personnels soignants ne comptent pas leurs heures et mettent leurs vies en danger pour en sauver d’autres. Le caractère inédit et très agressif du virus ne permet malheureusement pas de sauver tout le monde. La France déplore plus de 5 000 décès à cause du COVID-19 et ce chiffre va encore s’alourdir pendant les semaines à venir.

Le gouvernement est en position très délicate car il veut informer sans alarmer la population. Créer des mouvements de panique est en effet la dernière chose à faire. Pourtant il est essentiel de bien comprendre la gravité de la situation sans quoi les mesures prévues pour ralentir la propagation du virus n’auront pas d’effets. Les partis de l’opposition s’expriment mais n’ont plus, en l’état d’urgence actuel, les capacités à faire poids sur les décisions du gouvernement. Les décisions doivent être rapides alors cet état d’urgence sanitaire permet au gouvernement d’édicter des décrets applicables très vite. Ils doivent s’appuyer sur le constat qui est fait chaque jour de l’évolution du virus et de ses conséquences.

Julie Bourdin

Julie Bourdin - Rédactrice web passionnée par la culture et par l’actualité. Je me fais un devoir de tenir mes lecteurs informés sur les dernières news.


OffSide le site d'actualité !