Coronavirus : la Belgique confinée dès aujourd'hui

Coronavirus : la Belgique confinée dès aujourd’hui

La Belgique rejoint la liste des pays en confinement pour la limite de la propagation du coronavirus. L’annonce est tombée de mettre sous cloche le pays et ce jusqu’au 5 avril au minimum.

Coronavirus

Le confinement, un mal pour un bien

La Belgique entre en confinement strict dès aujourd’hui pour tenter à son tour d’endiguer la propagation des contagions dues au coronavirus. Le confinement des personnes chez elle, devrait permettre d’éviter le débordement des hôpitaux. Rien n’est certain puisque aucun des hôpitaux à travers le monde ne sauraient être préparés à une telle pandémie. Confiner les personnes c’est faire en sorte que tous les citoyens participent à un effort national dans la lutte contre le virus.

Permettre aux hôpitaux de travailler dans la meilleure situation possible aux vues des circonstances inédites

La Belgique comptait hier soir 1240 cas de personnes contaminées au civid-19 et une dizaine de morts environ. La première ministre du pays Belge, Sophie Wilmès, a fait part de ces directives hier soir aux belges. C’est à l’issue d’une réunion du Comité national de sécurité que cette décision a été prise. Aux vues de la rapidité de la propagation en Belgique, il aurait été question d’accueillir 5 000 personnes malades dans les hôpitaux du pays si aucune mesure n’avait été prise. Le confinement devrait donc ralentir l’épidémie et le nombre de personnes malades, et donc dans les hôpitaux. Dans le monde entier, les hôpitaux sont la seule arme de combat contre le coronavirus. Mais une épidémie d’une telle ampleur c’est du jamais vu pour le monde. Les systèmes hospitaliers du monde entier n’étaient pas préparés à une telle charge de travail et cela deviendra vite intenable si rien n’est fait pour freiner la propagation. Le confinement des populations devraient ralentir l’arrivée du pic de la pandémie et permettre aux hôpitaux de gérer cette situation inédite et dramatique.

 

Une décision de confinement de la population n’est jamais une mince affaire

Pour la Belgique comme pour tous les pays du monde, décider de confiner la population est une décision lourde. La santé est bien la priorité lorsque ce choix est fait par les gouvernements. La première ministre Belge a fait savoir a quelle point cette décision a été difficile mais nécessaire dans les circonstances actuelles. Confiner les populations c’est restreindre les libertés de tous et ce n’est pas une position évidente à tenir pour les démocraties. De plus, le confinement infligera des dégâts à l’économie des pays. C’est en prenant en compte ces paramètres et bien d’autres que la décision de confiner la population a été prise. En effet, c’est dire à quel point la santé est une haute priorité et à quel point de telles circonstances inédites l’implique. La première ministre a reçu le soutien de plusieurs partis dont des opposants lors d’un vote de confiance à la Chambre des députés belges. De plus, depuis le 14 mars déjà en Belgique, les bars et la plupart des commerces de « loisirs » avaient vu leurs portes fermées au public.

Fermeture des magasins non-nécessaires à la vie du pays, des frontières et voyages interdits pour nos voisins belges

Tout comme en France, le confinement est très strict et toute dérogation aux règles sanitaires établies se verra punie d’une amende. L’épidémie de coronavirus est telle que des mesures drastiques ont été prise hier soir pour l’endiguer et lutter contre sa propagation. Ainsi, les magasins qui ne sont pas nécessaires à la vie du pays doivent fermer. Les pharmacies, les magasins alimentaires et les maisons de presse sont les seuls commerces à pouvoir rester ouverts. Ces établissement nécessaires à la vie des belges seront tout de même soumis à des règles d’hygiène sévères. Le coronavirus et sa propagation ne doivent pas être pris à la légère. Les commerces ne respectant pas les mesures d’hygiènes prescrites se verront fermés leurs portes. Une distance de sécurité entre les usagers et entre les membres du personnel doit être appliquée notamment. Enfin, c’est un appel au calme qui est lancé pour que la panique ne prennent pas les citoyens. Comme dans le monde entier, les stocks des magasins alimentaires sont au maximum de leur fonctionnement. C’est presque trois fois la norme que nous connaissons. Il n’y a absolument aucune raison de faire des stocks sauf de priver votre voisin de denrées alimentaires. La solidarité et l’altruisme doivent prévaloir pour que tout le monde s’en sorte dignement.

 

Un durcissement des mesures est envisagé

La première ministre Belge ajoute enfin que des mesures plus sévères pourraient être envisagées si celles-ci ne sont pas respectées par ses concitoyens. Alors qu’en France on parle de temps de guerre, la Belgique a privilégié une approche plus douce. Elle espère ne pas avoir a recourir aux discours sécuritaires comme l’a fait Emmanuel Macron à cause du non-respects des mesures sanitaires évoqués avant son discours de lundi soir. Les Belges sont donc confinés officiellement jusqu’au 5 avril mais la première ministre a indiqué que cette date pourrait être repoussé. Cela dépendra de la crise sanitaire, de son évolution et de sa gestion. Le coronavirus est l’ennemi mondial numéro un et la santé est partout dans le monde la priorité essentielle. L’humanité tout entière est ensemble à lutter contre cet ennemi invisible. Les hôpitaux en première ligne doivent recevoir le soutien de la population et cela doit passer par le respect des règles strictes de confinement.

Patience et persévérance pour la suite de la crise liée au coronavirus

Les populations confinées devront en effet faire preuve de patience et de persévérance. Le coronavirus pourrait toucher la moitié de la population par État. Le taux de mortalité en dessous des 3% des contaminés. Cela représente un réel désastre. En respectant les règles, et donc en restant chez soi, les pays comme la Belgique ou la France espèrent pouvoir maintenir la propagation du coronavirus a un niveau érable pour les hôpitaux. Si c’est une guerre dans laquelle nous sommes, nous sommes tout de même bien chanceux de devoir la faire depuis notre canapé ou notre bureau, chez nous. Tous nos espoirs reposent sur les personnels hospitaliers, en première ligne de ce combat.

Julie Bourdin
Julie Bourdin - Rédactrice web passionnée par la culture et par l’actualité. Je me fais un devoir de tenir mes lecteurs informés sur les dernières news.