Christophe Castaner: son discourt déplait aux français, les vacances d'été confinées

Christophe Castaner: très mauvaise nouvelle « pour les vacances d’été »

Christophe Castaner: L’information tant redoutée est arrivée. Alors que l’annonce de la date de la fin progressive du confinement nous réjouissait, nous allons devoir revenir à la réalité. Le 11 mai nous laissait entrevoir la possibilité de profiter de notre été, mais il va falloir prendre la mesure des propos du ministre Christophe Castaner, qui nous explique que ce ne sera pas ce que nous pensions.

La fin du confinement n’implique pas un retour à nos vies d’avant la pandémie

Depuis le 13 avril dernier, Emmanuel Macron s’est adressé aux français et nous a fait entrevoir la fin de la crise sanitaire. Cependant la crise sanitaire ne fait que commencer. Si le confinement a fait ses preuves et nous permet enfin d’envisager qu’il prenne fin, le virus circule toujours. Et il circulera même encore plus lorsque nous reprendrons nos déplacements. Ainsi, la date du 11 mai ne sera pas la fini de tous nos problèmes, ni un retour à nos habitudes d’avant la pandémie. Nous devrons au contraire nous montrer encore plus vigilants lorsque les mesures de confinement seront levées.

Christophe Castaner a tenu a remettre les propos du Président de la République dans leurs contextes. Donc, si la date du 11 mai a été fixée, c’est avant tout pour pouvoir donner un cap à la France. Ainsi, les ministres du gouvernement ont une limite dans le temps. Ils peuvent se projeter, tout comme nous sur cet objectif. Et c’est bien ça qui fait grincer des dents. Le 11 mai n’est qu’un objectif.

Des règles strictes resteront de mises même après le 11 mai

Le déconfinement progressif de la population ne se fera pas sans règles strictes qu’il faudra continuer à suivre. Alors, les vacances d’été sont forcément compromises. En effet, il n’est pas garanti que nous puissions nous déplacer réellement comme bon nous semble. Pouvoir sortir de sa ville ou se sa région dépendra des choix locaux et seront annoncés plus tard. La circulation du virus est l’enjeu qui nous a pousser au confinement. Ne pas prendre en compte ce critère signifierait tout simplement recommencer tous nos efforts de zéro.

Le gouvernement doit faire en sorte que le virus ne circule pas comme avant le confinement. Sinon, les hôpitaux se retrouveraient vite dans l’état qui était le leur au début de la crise. Et nous serions obligés de devoir reprendre le confinement strict pour permettre aux soignants de contenir et de gérer l’afflux des malades. Et personne ne souhaite en arriver là.

 

Le Covid-19 pourrait revenir sou la forme d’une deuxième vague de contamination, à la suite de la fin du confinement

Le virus ne respecte pas les frontières administratives. De ce fait, il est impensable pour le gouvernent d’établir une sortie du confinement par régions ou par départements. Par contre, il y a des zones qui sont plus atteintes que d’autres. C’est pour cela que le déconfinement prendra tout de même un temps différents pour différents endroits. Les élus locaux devront jouer un rôle essentiel dans la stratégie adoptée par les ministres.

Les vacances ne se feront pas hors du territoire français quoi qu’il en soit. Air France évoquait un retour à la normal d’ici l’année prochaine. Cela nous laissera le temps de prévoir nos véritables vacances sur le bon terme en effet. Mais cela reste une grande déception pour les français. Avec l’allocution du Président de la République du 13 avril dernier, il semblait clair que le 11 mai allait être une date de reprise de liberté. Pourtant, il nous faudra faire preuve d’encore beaucoup de patience. Tant que le virus circulera et mettra la vie de tous en danger, nous ne retrouverons pas nos habitudes d’avant la pandémie. Et cela implique la distribution d’un vaccin à grande échelle.

La population doit intégrer l’idée de vivre avec la menace de la contamination

Mais le confinement ne pouvait pas durer éternellement, même en attendant un vaccin. Les processus de validation des vaccins sont très longs. Et l’économie du pays est au plus mal. Commencer la levée du confinement par les écoles, devrait permettre à la France de retrouver une activité réduite. Les parents et les enseignants, comme les enfants, seront exposés par contre. Et cela ne fait pas l’unanimité. De plus, la situation de crise sanitaire est complètement inédites. Alors les décisions gouvernementales, même très prudentes, constituent un risque. Ce sont, en toute logique, des expériences qui vont être menées à partir du 11 mai. De ce fait, nous ne devons pas nous accrocher à cette date comme inscrite dans le marbre.

Seule l’évolution de la situation au jour le jour permet au gouvernement de prendre des décisions. Ainsi, le 11 mai pourrait reculer ou la levée du confinement reculer également. Pour éviter les déconvenues, nous devons bien comprendre que tant que le virus circulera nous ne seront pas en sécurité. Ainsi, les mesures gouvernementales peuvent changer de cap en fonction de l’évolution des données. C’est pour cela que l’état d’urgence sanitaire est déclaré et reste en vigueur même après le 11 mai.

Ainsi, nos vacances d’été ne ressembleront à rien de ce que nous avons pu connaitre jusque là. Difficile de savoir si les plages seront ouvertes par exemple. Les rassemblements ne seront pas autorisés, ni les longs déplacements a priori. Donc, à moins de devoir se compter sur les plages et de s’y rendre en portant un masque, nous ne savons pas vraiment à quoi nous attendre.

Julie Bourdin
Julie Bourdin - Rédactrice web passionnée par la culture et par l’actualité. Je me fais un devoir de tenir mes lecteurs informés sur les dernières news.