Anne Hidalgo: Ses projets en matière de mobilité à Paris

Anne Hidalgo: Ses projets en matière de mobilité à Paris

Dimanche dernier, la maire de Paris Anne Hidalgo a été assez facilement réélue à la Mairie de Paris, la plus grande ville de France. L’un des enjeux de la campagne électorale aura été la question des mobilités.

Avec un score de plus de 48% au second tour, Anne Hidalgo et ses alliés ont remporté une victoire nette aux élections municipales et ont battu assez sèchement Les Républicains emmenés par Rachida Dati et La République en Marche menée par Agnès Buzin. Durant la campagne électorale perturbée par la crise sanitaire du Covid-19, tous les sujets ont été mis sur la table : la sécurité, la propreté mais un des sujets phares aura été la mobilité. Pendant le débat télévisé organisé sur BFM TV, quelques jours avant le second tour, la question des différentes solutions de transport a divisé les candidats. Les échanges ont été vifs avec quelques passes d’armes entre Rachida Dati et Anne Hidalgo sur la question des pistes cyclables.

60.000 places de stationnement supprimées

Dans la législature qui va s’ouvrir, Anne Hidalgo va mettre en œuvre plusieurs mesures fortes. Par exemple, la maire de Paris veut abaisser la vitesse de circulation à 30 km/h dans toute la ville. Anne Hidalgo veut aussi abaisser la vitesse sur le boulevard périphérique à 50 km/h. Une annonce qui a suscité la polémique. Le but de la mairie est de réduire la pollution et le bruit dans la capitale. La municipalité prévoit aussi de supprimer 60.000 places de stationnement. Se garer sera encore plus compliqué. Durant son précédent mandat, Anne Hidalgo avait décidé d’augmenter le prix du stationnement et d’étendre l’amplitude horaire durant laquelle il était nécessaire de payer. L’autre sujet qui avait suscité de vifs débats a été la piétonisation de voies sur berges.

Des artisans dans l’embarras

Pierre, 42 ans, est un plombier qui a le moral dans les chaussettes. « Lorsque je dois faire des interventions chez des particuliers ou des professionnels c’est toujours un vrai casse-tête pour se garer », déplore cet artisan qui travaille depuis dix ans dans la capitale. « Il m’est arrivé plusieurs fois que ma petite fourgonnette soit en mise en fourrière », s’agace Pierre.  En effet, les agents de police sont très réactifs pour faire retirer les véhicules qui peuvent être garées sur des places non autorisées ou des places de livraison. « Il faut vraiment que la maire de Paris prenne en compte les spécificités de nos métiers », enrage Pierre qui songe même à quitter la capitale.

Les cyclistes à la fête

Alors que de nombreux Parisiens déplorent les difficultés d’utiliser sa voiture dans la capitale, d’autres ont le sourire, c’est le cas des cyclistes. Durant son mandat commencé en 2014, Anne Hidalgo, alliée aux écologistes, a mis en place de nombreuses pistes cyclables dans la capitale. De plus, un service de vélo en libre-service a été déployé. Les Parisiens utilisent beaucoup les Velib’. Avec la crise sanitaire du Covid-19, de nouvelles pistes cyclables ont été créées, notamment sur la rue de Rivoli, l’un des axes de circulation les plus empruntés de Paris. Plusieurs milliers de vélo empruntent ces voies et nombreux sont les franciliens à s’être mis au vélo. « J’ai décidé d’utiliser le vélo pour me rendre à mon travail car cela est beaucoup plus simple pour moi et plus sûr. Le trajet est plus rapide et maintenant de nombreuses pistes sont sécurisées.