Affaire Elisa Pilarski: La maman d’Elisa dévoile son dernier appel glaçant avant son décès

Affaire Elisa Pilarski: La maman d’Elisa dévoile son dernier appel glaçant avant son décès

Elisa Pilarski est une jeune femme de 29 ans qui est morte tragiquement dans l’Aisne. Elle était enceinte et promenais son chien en forêt. Mais elle ne rentrera jamais de cette promenade et sera retrouvée morte par son compagnon, dévorée. C’est une terrible histoire qui secoue l’opinion publique et qui continue de la secouer. D’autant que le drame prenait place le 16 novembre de l’année dernière. Aujourd’hui, nous allons revenir sur les derniers propos qu’Elisa Pilarski échangeait avec sa mère au téléphone.

Elisa Pilarski contacte sa mère et son compagnon avant le drame qui lui coûtera sa vie et celle de son bébé

La mère d’Elsa Pilarski, Nathalie Pilarski, attend les résultats des analyses ADN. Ces derniers devraient être connus à la fin du mois de juin, mais du retard pourrait s’accumuler encore étant donné le contexte sanitaire actuel. Et tout comme le compagnon d’Elisa Pilarski, Nathalie Pilarski sait que ce n’est pas le chien de sa fille qui est coupable. Car dans la forêt où elle promenais un de ses chiens, la jeune femme se retrouve malgré elle sur le terrain d’une chasse à courre. Ce sont donc près de 60 chiens qui rôdent pendant qu’elle promène le sien. De plus, elle avait signaler la présence d’un chien sans maître ni surveillance qui traînait dans la forêt, un malinois. Elle avait publié un message sur son compte Facebook juste après l’avoir aperçu.

La mère d’Elisa Pilarski ne pourra jamais oublier les derniers mots qu’elle échangeait avec sa fille ce jour-là. Et elle ne pourra pas trouver le repos tant que l’affaire ne sera pas résolue. Elle déclare alors qu’Elisa Pilarski l’a contacté plusieurs heures avant la tragédie. dans la discussion, elle raconte la même chose qu’elle a partagé sur Facebook à sa mère. Cette dernière ne s’inquiète pas plus que ça de ce chien supposé être un chien errant. Et elle lui répond donc qu’elle l’ennuie encore avec ses « histoires de chiens ».

Les derniers mots d’Elisa Pilarski à sa mère résonnent encore

Sa mère reste persuadée que l’appel de sa fille n’était pas anodin. Et que les résultats ADN sauront prouver que le décès de sa fille n’est pas la faute de son animal de compagnie.

De plus, à quelques jours du drame, c’est le compagnon d’Elisa Pilarski qui raconte le dernier appel qu’il a eu avec elle. Un appel paniqué qui appelait à l’aide. Mais Christophe, le compagnon d’Elisa Pilarski n’est pas arrivé à temps pour lui venir en aide. Car il était sur son lieu de travail, à plus de 60 kilomètres de la forêt dans laquelle sa compagne promenait un de leurs chiens. Au téléphone, Elisa Pilarski raconte à son compagnon avoir peur. Elle serait en face de nombreux chiens à l’allure menaçante. Christophe serait parti immédiatement pour la retrouver. Mais il ne retrouvera que son corps, meurtri de multiples morsures, étendu au fond d’un ravin.

La tragédie continue de secouer les foules car les résultats se font attendre

L’autopsie de la victime indique que la mort est survenue des suites des blessures. Des blessures profondes qui ont provoqué une hémorragie. C’est tout son corps qui a reçu des attaques. L’autopsie indique également que le décès s’est produit entre 13h et 13h30. Et les organisateurs de la chasse à courre, qui déplore ce tragique événement, affirment que la chasse n’a débuté qu’à 13h30. Pourtant, en arrivant sur les lieux du drame, Christophe affirme avoir vu plusieurs chiens sortir du ravin où se trouvait le corps de sa compagne. Et un autre des éléments les plus étranges de cette affaire, est que le chien que promenais Elisa Pilarski, Curtis, ne présente pas de marques de morsures. Ni même aucun des plus de 60 chiens de chasse. Comment expliquer que les chiens ne se soient pas battus entre eux ?

Il est temps que toute la lumière soit faite sur cette affaire

Quoi qu’il en soit, des prélèvements ADN ont été fait sur tous les chiens présents lors du drame. Seuls les résultats pourraient alors lever le mystère qui entoure cette affaire. Christophe et Nathalie Pilarski pourront enfin savoir ce qui est arriver à Elisa Pilarski. Pour le moment, et depuis le 16 novembre 2019, c’est la stupeur et l’incompréhension qui règne. Dans le cadre de la justice, c’est une information judiciaire qui a ouvert l’enquête. Il s’agit d’une plainte contre X pour toute une liste de chef d’inculpation. De « l’homicide involontaire par maladresse, inattention, imprudence, manquement à une obligation de prudence, négligence… résultant de l’agression commise par des chiens. »

Et au-delà de cette affaire, c’est un grand débat de société qui s’est ouvert. Sur les risques de la chasse mais aussi les risques d’adopter des chiens comme celui d’Elisa Pilarski. Car Curtis est un American Stafforshire et cette race de chien n’a pas une très bonne réputation malheureusement. Mais avant les résultats ADN dans cette affaire, il sera difficile de trancher. Si pour certains c’est le chien de la victime qui aurait perdu le contrôle, pour d’autres, comme pour les proches d’Elisa Pilarski, ce sont les chiens de chasse qui auraient attaqué la jeune femme. Les résultats sont attendus pour la fin du mois de juin mais du retard pourrait s’accumuler pour n’apparaître qu’au mois d’août. L’opinion publique reste en alerte de la suite de cette terrible affaire.

Julie Bourdin
Julie Bourdin - Rédactrice web passionnée par la culture et par l’actualité. Je me fais un devoir de tenir mes lecteurs informés sur les dernières news.