Le site 100% foot anglais en direct d'Angleterre

Fraternels

Dans un match où les Bleus avaient la tête ailleurs, la fraternité a battu son plein dans cet Angleterre/France de Wembley.

Paul Basse — 17 novembre 2015
En vidéo : Angleterre/France : La Marseillaise reprise par tout le stade de Wembley en solidarité après les attentats de Paris.
En vidéo : Angleterre/France : La Marseillaise reprise par tout le stade de Wembley en solidarité après les attentats de Paris.

Dans un tout autre jour, une rencontre entre la France et l’Angleterre, en football comme en rugby, est une émotion garantie, un frisson provoqué par l’attente autant que par l’engagement soutenu; parce que c’est un choc entre rivaux, deux équipes, deux nations, qui aiment autant se comparer que se jalouser. Les sempiternelles débats, au pub ou au café du commerce sont des moments pour se taquiner, surtout pour les expatriés.

Cet Angleterre/France du 17 novembre 2015 restera unique parce qu’au fond le résultat sportif importait peu et qu’il était marqué, terriblement marqué, par les attentats du vendredi 13 novembre 2015, qui ont fait au moins 132 victimes. C’est dans ce contexte hyper-complexe, chargé en émotion pour tout le monde que les Bleus ont disputé cette rencontre. On l’oublie parfois, mais l’émotion a prise sur ces internationaux. Les Bleus n’étaient pas dans leur assiette. On les excuse comme on les comprend.Angleterre/France : un match magnifique

L’essentiel était ailleurs. Il tenait au message qu’il fallait recevoir et envoyer. Ils ont/nous avons reçu la chaleureuse compassion anglaise, et le soutien d’un stade presque plein au coup d’envoi mais qui s’est rapidement vidé, comme si l’essentiel était déjà loin. Le propos de cette rencontre amicale tient aussi à ce message d’espoir, de fraternité, symbolisé par une minute de silence parfaitement respectée et un hymne français sans fausse note, repris par tout l’enceinte mythique de la patrie du football. « Un message d’amitié » comme l’a qualifié David Cameron, le premier ministre britannique, présent à Wembley pour rendre hommage aux victimes des attentats de Paris et Saint-Denis. Le message est net dans le refus de capituler devant l’immondice du terrorisme. Et il rassure.

Dans un autre jour, la France et l’Angleterre se retrouveront, dans un stade plein, où ses supporters se mordilleront les ongles, auront la boule au ventre, où on pourra gentiment pester sur l’arbitrage, s’envoyer des vannes, quand les plaies seront pansées, que la peur nous aura quittés, quand on retrouvera pour mot d’ordre, que -comme Londres-, Paris est une fête.

Paul Basse

Fondateur d'Offside ! Spécialiste de Chelsea FC. Grand amateur de Vine.

Vous Aimerez Aussi