Le site 100% foot anglais en direct d'Angleterre

Ze Interview: Scott McRoy colore le foot et les mythiques pubs Nike

Auteur d’une série d’illustrations remarquées sur les publicités Nike les plus mythiques, Offside est allé à la rencontre de Scott McRoy pour qu’il nous parle un peu de sa vision colorée du football.

Olivier Sclavo — 8 octobre 2015
Ze Interview: Scott McRoy colore le foot et les mythiques pubs Nike
Ze Interview: Scott McRoy colore le foot et les mythiques pubs Nike
Ze Interview: Scott McRoy colore le foot et les mythiques pubs Nike
Ze Interview: Scott McRoy colore le foot et les mythiques pubs Nike
Ze Interview: Scott McRoy colore le foot et les mythiques pubs Nike
Ze Interview: Scott McRoy colore le foot et les mythiques pubs Nike
Ze Interview: Scott McRoy colore le foot et les mythiques pubs Nike

Auteur d’une série d’illustrations remarquée sur les publicités Nike les plus mythiques, Offside est allé à la rencontre de Scott McRoy pour qu’il nous parle de sa vision colorée du football.

 Offside!: Salut Scott, est-ce que tu pourrais te présenter à nos lecteurs?

Scott McRoy: « J’ai 29 ans et je suis de Darmouth, une petite ville dans le South Devon. Je suis directeur artistique pour une grande marque de magasin de sports et je crée des graphismes sur le football sur mon temps libre. Je joue milieu central et je possède une paire d’Adidas Predator Manias de 2002, les meilleures ! Sinon je suis un supporter de Liverpool qui en souffre depuis longtemps (rires).

Offside!: Pourquoi Liverpool toi qui vient du Sud du pays? 

Scott McRoy: J’ai grandi dans une famille de supporters des Reds, donc je n’ai pas vraiment eu le choix. C’était Liverpool ou rien d’autre. Donc je les suis depuis toujours. Mes parents sont tous les deux à fond dans le foot et ils essayent d’aller à Anfield 5 à 6 fois par saison.

O!: Tu peux nous décrire le premier match de foot auquel tu as assisté?

Scott McRoy: J’étais tellement jeune que je ne m’en rappelle pas très bien. C’était en 1994, j’avais 8 ans. On avait battu Sheffield Wednesday 4-1.

Depuis, j’y ai été beaucoup. Le meilleur match que j’ai vu à Anfield c’était le 5-1 contre Arsenal. Les premières 25 minutes c’était un truc que je n’avais jamais vu avant. J’étais dans une loge en plus. C’était une super expérience que je ne vais pas oublier de si tôt. C’était un vrai grand moment dans ma vie de supporter de Liverpool.


Liverpool vs Arsenal (5-1) – First 20 Minutes by MrBoywunder

Maintenant fait avance rapide jusqu’au match contre Chelsea quand on perd 2-0. J’y étais aussi. L’avant match était fantastique. Les fans alignés dans Anfield Road, ils avaient craqué des fumigènes, ils hurlaient leurs encouragement alors que le bus des joueurs rentrait dans le stade. On sait tous comment ça s’est fini, je ne vais pas m’étendre la dessus. Mais le retour à la maison a été très très long.

O!: Parle nous un peu de ton projet phare, ces affiches de films sur les pubs Nike?

Quand les publicités Nike sont sorties c’était énorme. C’était complètement nouveau. Personne n’avait jamais vu quelque chose de comparable dans les pubs sur le football. C’était avant YouTube donc la seule occasion de les regarder c’était à la télévision.

Les spots ressemblaient plus à des films qu’a des publicités et ça m’a donné l’idée de combiner les deux et de les transformer en affiches de films.

Vous pouvez en voir beaucoup aujourd’hui sur les blogs de design. Les gens réinterprète les affiches de films, soit en les rendant plus minimalistes ou en partant dans la direction opposée et ajouter des couches et des couches pour les rendre plus complexes.

J’ai commencé avec la pub de l’aéroport de 1998 et puis j’ai choisi deux de mes préférées. Pour moi The Mission c’est vraiment au-dessus. J’adore tout dedans, la musique, les gestes techniques, surtout celui d’Edgar Davids à la fin quand il se lève la balle. J’ai passé des heures à essayer de le refaire et aujourd’hui je sais faire un truc qui y ressemble un peu. J’ai même eu un « like » d’Edgar sur Instagram et il m’a dit qu’il aimait bien mon travail. J’étais super fier. J’étais un immense fan de ce joueur.

O!: Qu’est ce qui inspire tes oeuvres?

Vous avez du temps devant vous? Je suis fou de Shephard Fairey (Obey). J’ai une série de quatre originaux qu’il a fait sur les rappeurs Tupac, Biggie, LL Cool J et Slick Rick. J’ai aussi quelques uns de ses livres.

J’aime beaucoup le travail d’Olly Moss. Son boulot minimaliste sur les affiches de films est fantastique. Il place toujours une petite transformation dans ses images, avec ses trucs parfois cachés dans le design lui-même. C’est tellement malin.

J’admire beaucoup des artistes présents sur Mondotees. Ils sont en train de porter le design d’affiches à un autre niveau ! Pour vous donner un exemple sur la réinterprétation d’une affiche de film, jetez un œil à tous les différents artistes qui ont produit une affiche pour Les Dents de la Mer. L’original était très bon mais certains trucs que j’ai vu récemment sont géniaux et sans mettre en avant le requin. Ils ont seulement utilisé des instants du film mais c’est tellement culte que vous le reconnaissez instantanément. Ce sont des choses comme ça qui m’inspire vraiment. Utiliser quelque chose que les gens ont déjà vu et reconnaissent mais y donner une nouvelle interprétation. C’est ce que j’ai essayé de faire avec projet sur les publicités Nike.

Je fais aussi parti d’un collectif d’artistes sur le football qui s’appelle « Shwapsies”. Nous produisons des œuvres pour un album de vignettes digital. On a couvert la coupe du monde de foot féminin cet été et ça a eu un bon impact. Nous sommes passés sur Sky Sports News et pas mal d’autres blogs. Les artistes du collectif c’est du très haut calibre et leur travail m’inspire énormément. Ce qu’ils produisent, ça place la barre très haute et ça pousse à se dépasser.

O!: Combien mets-tu de temps à produire une oeuvre?

Normalement ça me prend 9 à 10 heures mais ça varie selon la complexité de la pièce. Je mets pas mal de temps et je fais beaucoup de tentatives avant que le fond soit bon. Je dessine quelques brouillons à la main avant, rien de très compliqué, juste pour essayer différentes compositions.

O!: Quelles techniques utilises-tu?

Il y a deux parties. D’abord l’illustrateur qui va travailler sur la ressemblance avec le joueur et sélectionner les couleurs. Après je passe sur Photoshop pour y ajouter les couches de textures. La clé c’est de trouver une bonne image comme modèle. Pour les pubs Nike j’étais pas mal limité alors j’ai dû utiliser des captures d’écran du spot lui-même et des images des joueurs puis jongler entre les deux.

Ensuite je bosse le tout sur Photoshop pour trouver le meilleur équilibre entre les tons sombres et lumineux sur des détails comme le visage et je me mets sur Adobe Illustrator pour dessiner par dessus. Je fais d’abord les contours sombres puis je remplis les blocs de couleurs et la typographie. La touche finale c’est de nouveau sur Photoshop pour les textures et le l’arrière plan.

O!: Comment choisis-tu ton sujet?

Ca dépend des fois. J’ai eu des demandes de quelques uns de mes potes que j’ai produits. Pour le poster de Steven Gerrard, c’était à l’occasion de son dernier match à Anfield et comme je suis un supporter de Liverpool avant tout, c’était un truc sympa à faire. J’essaye d’en produire le plus possible sur mon temps libre mais je suis pas mal occupé avec mon boulot, donc j’évite de rester assis face à mon écran d’ordinateur trop longtemps.

Récemment, la galerie Moosey Art m’a commandé une pièce sur le Norwich FC pour l’exposition Patterns of Play.

Alors que pour le projet Nike, j’avais envie de le faire depuis un bon moment avant de m’y mettre. Je priais pour que personne ne se pointe avec un projet similaire en attendant. Là j’ai déjà des idées pour de nouveaux projets mais je préfère les garder pour moi pour l’instant. »

 

Toutes les oeuvres de Scott sont à découvrir et à vendre sur son site internet.

Olivier Sclavo

Journaliste, né dans le nid des Aiglons de l'OGCNice et vouant un culte sans fin à Paul Scholes. Basé à Londres pour vous donner le meilleur de ce que le football anglais a à nous offrir: des buts, des frappes, des tacles, de la bière et des tacles.

Vous Aimerez Aussi