Le site 100% foot anglais en direct d'Angleterre

Ze Best of Ze Reste: 2e journée de Premier League

Dans Ze Best of Ze Reste on vous fait un petit résumé de ce que vous auriez pu louper sur votre canapé pour cette 2e journée de Premier League.

Olivier Sclavo — 17 août 2015
IMG_1884
IMG_1884

Dans Ze Best of Ze Reste on vous fait un petit résumé de ce que vous auriez pu louper sur votre canapé pour cette 2e journée de Premier League.

Dimitri Payet et André Ayew, intégrations brillantes

Après un grand pont sur Laurent Koscielny et une passe décisive pour son premier match de Premier League avec West Ham contre Arsenal la semaine dernière, il semblerait que l’air pur de l’East End réussisse à l’ancien de l’OM. Payet été encore au coeur du jeu des Hammers face à Leicester pour leur leur premier match à domicile et encore au top avec un missile en lucarne pour ouvrir son compteur personnel.

Pour son ancien pote marseillais, le constat est le même. Deuxième match, deuxième but pour le fils d’Abedi Pelé. Cette fois c’est de la tête et contre Newcastle après avoir déjà fait glisser la défense centrale de Chelsea la semaine passé.

L’après Bielsa fonctionne à merveille pour eux…

Sunderland entame très tôt sa marche vers le Championship

On y est! Deux défaites en deux matches pour les Black Cats et pas sur n’importe quels scores. Deux belles roustes 4-2 contre Leicester puis 3-1, à la maison, contre le promu Norwich. On a vu tout ce qui peut rendre fou un supporter de Sunderland avec de la défense qui marche, pas d’envie et des carences tactiques et techniques rarement atteintes à ce niveau.

Dick Advocaat a convoqué ses joueurs pour une réunion de crise dimanche, mais on peut vraiment se poser des questions sur le management du manager qui avait annoncé sa retraite puis s’était rétracté pour repartir sur une saison avec le club qu’il avait sauvé in extremis de la relégation la saison dernière. Advocaat « espèrait une réaction » de ses troupes après avoir vu « la même attitude et les mêmes erreurs en pré-saison« . On lui dit que c’est aussi son boulot de les corriger?

Ils reçoivent Swansea, une des équipes les plus chaudes offensivement, samedi 22 août au Stadium of Light. Oui il semble qu’à moins d’un miracle psychologique on assiste à une nouvelle humiliation pour une équipe déjà en galère la saison passée et qui semble ne rien avoir retenu de ses erreurs.

Stephen Ireland Orange Mécanique

La pire publicité pour les lotions bronzantes et les centre U.V a refait une apparition remarquée dans la peau d’un joueur de foot samedi après midi. A White Hart Lane, alors que Stoke City est mené 2-0, Mark Hughes décide de faire rentrer Ireland qui n’a que très partiellement joué la saison dernière pour les Potters (17 matches en championnat). On joue la 59e minute de jeu et tout ce qui va se passer ensuite de bien pour Stoke va sortir des chaussures du milieu qui porte un bout de son drapeau national sur le corps.

Une passe superbe dans la course de Joselu qui se fait ceinturer dans la surface et provoque un penalty que transforme Arnautovic. Il délivre ensuite un centre que Mame Biram Diouf effleure assez pour tromper Hugo Lloris et égalise.

En une demi-heure il a fait redescendre Tottenham sur Terre, tout seul comme un grand et inspirer ses coéquipiers qui n’arrivaient pas à inquiéter les Spurs jusque là.

Les anglais retombent amoureux de Jonjo Shelvey

Grand, élancé, élégant balle au pied, énorme frappe, jeune et milieu de terrain de Swansea, c’est une liste qui pourrait faire tomber en amour n’importe quel amateur de football. Le souci c’est que si on y ajoute les mentions chauves, imprécis, irrégulier et espoir déchu, ça fait moins rêver de suite.

Tout ça – et bien d’autres choses encore – c’est Jonjo Shelvey. Le milieu de terrain passé par Liverpool, commence sa troisième saison au Pays de Galles et en est déjà à deux passes décisives en deux matches avec des performances dont tout le monde avait oublié qu’il en été capable. Les passes milimétrées pour envoyer Bafétimbi Gomis au but, le contrôle du jeu et la supériorité face à l’entrejeu adverse, il nous a sorti tout ça, d’abord contre Chelsea puis face à Newcastle en deux semaines.

Donc ça y est, les médias britanniques ce sont enflammés et veulent revoir le joueur de 23 ans en équipe nationale lui qui a connu la sélection une seule fois, en octobre 2012 contre St Marin. Une idée qui séduit beaucoup l’ami Jonjo, qui a déclaré sa flamme en retour aux Three Lions.

Olivier Sclavo

Journaliste, né dans le nid des Aiglons de l'OGCNice et vouant un culte sans fin à Paul Scholes. Basé à Londres pour vous donner le meilleur de ce que le football anglais a à nous offrir: des buts, des frappes, des tacles, de la bière et des tacles.

Vous Aimerez Aussi