Le site 100% foot anglais en direct d'Angleterre

Guide de la saison 5/5 : Tottenham, Watford, West Brom, West Ham

Dernière partie de notre guide de la saison : On termine avec les Spurs, les Hornets, les Hawthorns, et les Hammers

Paul Basse — 7 août 2015
Guidedelasaison_5
Guidedelasaison_5

Tottenham

17-Tottenham

Harry Kane. HurryKane, Il Kane par-ci, par-là. Voilà : la saison 2014-2015 des Spurs résumé en un seul nom, un seul homme, qui a monopolisé l’attention l’an dernier. Cette année, Kane le confirme : il n’est pas de ceux qu’on appelle ici des « One-Season Wonder« . En clair, des joueurs d’une saison. Pour le moment, les Spurs n’ont pas fait sauter la banque. Il s’agissait davantage de « liquider » une partie du club des 7, ces joueurs débauchés après le transfert de Gareth Bale au Real Madrid : Capoue, Paulinho, Lamela, Chiriches, Soldado, Chadli et Eriksen. Les deux premiers sont allés, respectivement, à Watford et à Guangzhou Evergrande en Chine. On cherche une porte de sortie à Chiriches. Roberto Soldado, au salaire délirant, ne trouvera pas preneur bien facilement. Les autres ont donné satisfaction et devraient rester. On attend de voir ce que donnera la saga Lloris, candidat annoncé à la succession de David De Gea. Benjamin Stambouli a lui rejoint le PSG. Beaucoup de questions se posent autour des Spurs et les défauts de l’an passé -une ultra-dépendance à Kane, une paire Mason-Bentaleb, volontaire mais loin des cadors- n’ont pas été gommés. Et ce n’est pas le joli coup en défense centrale Toby Alderweild, qui modifiera quoi que ce soit…

Équipe-type : Lloris (ou Vorm, ou un autre) – Walker, Alderweild, Verthongen, Rose – Chadli, Mason, Bentaleb, Lamela – Eriksen – Kane 

Le gros plus : L’effet Kane, un joueur majuscule sur qui compter

Le défaut : Placer tous ses espoirs sur un joueur de 22 ans, transparent à l’Euro Espoirs cette année

Le joueur qu’on attend au tournant : Erik Lamela, comme chaque année

Watford

Watford-Crest-2013

22 nationalités seront représentées au sein de l’effectif de Watford. 22. Bienvenue chez les Hornets de Giampaolo Pozzo qui ne font rien comme les autres. Pozzo, c’est le propriétaire de l’Udinese et de Watford qui a une patience, sur une échelle de 0 à 10, à -4. D’où sa capacité à jeter les entraineurs qui le déçoivent à une vitesse grand V. Quique Sanchez Flores sera le 6e entraineur en 3 ans -quatre managers se sont partagés le poste l’an dernier. Evidemment, ce sera folklorique pour l’Espagnol, réputé pour sa capacité à bien faire jouer ses équipes et vainqueur de la Ligue Europa avec l’Atletico Madrid. Flores a accepté la mission maintien. Mais si d’aventure les résultats ne suivent pas, il sait que la patience de Giampolo Pozzo sera très limitée. Adepte du tiki-taka, il confiera logiquement la première relance à Etienne Capoue, qui a disparu des radars après deux années à cirer le banc de Tottenham. José Holebas (Roma) occupera le couloir gauche. Le Tchèque Matěj Vydra et le Franco-camerounais Allan Nyom sont arrivés en provenance de l’Udinese (tiens, tiens…)  comme neuf autres joueurs. 22 nationalités, une décomposition totale de la colonne vertébrale de l’an passé, les Pozzo à la tête du club : pas étonnant que beaucoup voient Watford finir dernier de Premier League. En plus ils ont Heurelho Gomes, l’un des gardiens les plus maladroits de l’histoire de la Premier League. 

Equipe-type : Gomes – Paredes, Prödl, Angella, Holebas – Capoue, Behrami – Ighalo, Jurado, Vydra – Deeney

Le gros plus : Quique Sanchez Flores, un technicien reconnu.

Le défaut : Ils font tout pour descendre

Le joueur qu’on attend au tournant : Etienne Capoue, après l’enfer à Tottenham, il peut se relancer

West Bromwich Albion

WBA

La priorité pour West Bromwich Albion devrait être de conserver Saido Berahino d’ici le 31 août. Le reste suivra. Le jeune anglais sort d’une campagne aboutie à 14 buts en Premier League. Il est l’un des talents à suivre cette saison. WBA, c’est du Tony Pulis, costaud, fiable et difficile à bouger. D’où le recrutement de « tanks » : James Chester et Rickie Lambert. Rien de nouveau sous le soleil -si ce n’est James McClean. Pulis est un entraineur reconnu ; le Gallois a obtenu le prix convoité de manager de l’année en 2014 après avoir extirpé Crystal Palace de la dernière place et finit 11e. Après tout, il fait partie de ses entraîneurs qui n’ont jamais connu la relégation alors qu’ils n’ont pas entraîné de clubs solidement armé sur le plan financier. C’est un gage de sécurité. En fait, West Bromwich, c’est l’équipe qui aura toujours 11/20 : au-dessus de la moyenne, mais qui ne finit jamais avec la mention. 

Equipe-type : Foster – Dawson, McAuley, Olsson, Lescott – Yacob – Brunt, Morrison, Fletcher, Sessègnon – Berahino

Le gros plus : Une consistance au haut niveau

Le défaut : Un côté un peu ennuyant

Le joueur qu’on attend au tournant : Saido Berahino. Pour certainement sa dernière saison avec West Brom, peut-il finir à 20 buts ?

West Ham

west-ham-away-umbro-15-16-5

Pour sa dernière saison à Upton Park, West Ham n’a pas hésité à sortir le chéquier. Dimitri Payet et Angel Ogbonna sont les deux recrues majeures de l’été. Le premier sera le meneur de jeu des Hammers après une saison pleine à l’Olympique de Marseille. Angel Ogbonna n’était ni un vrai titulaire, ni un vrai remplaçant à la Juventus Turin. Lassé de ce statut de bouche-trous au gré des blessures ou suspensions, l’Italien devrait se faire une place sans trop de soucis en défense centrale dans l’Est de Londres. L’équipe sera dirigé par Slaven Bilic, qui a porté joueur le maillot des Hammers : il reste très apprécié des supporters. Pour lui confier le poste, la très influente patronne du club, Karen Brady, et le board des Hammers ont lourdé Sam Allardyce quelques minutes après la fin du dernier match de la saison. Classe. On reprochait à Allardyce -ou plutôt Big Fat Sam selon une partie des supporters- un manque d’attractivité dans son jeu. L’ancien coach de Bolton avait pourtant fait remonter le club et stabiliser l’équipe en milieu de tableau. Allardyce est loin d’être un agneau, ni un entraineur de classe mondial, mais la folie des grandeurs s’est-elle emparées d’un club certes historique mais qui n’a plus fini sur le podium depuis 1986 ? 

Equipe-type : Adrian – O’Brien, Ogbonna, Tomkins, Cresswell – Obiang, Noble, Kouyaté – Payet – Sakho, Zarate

Le gros plus : Une volonté de jouer, avec un Dimitri Payet

Le défaut : Une direction qui a la grosse tête

Le joueur qu’on attend au tournant : Adrian. Le gardien espagnol a été l’un des meilleurs à son poste l’an dernier.

Classements et Rencontres

Paul Basse

Fondateur d'Offside ! Spécialiste de Chelsea FC. Grand amateur de Vine.

Vous Aimerez Aussi