Le site 100% foot anglais en direct d'Angleterre

Guide de la saison 2/5 : Crystal Palace, Everton, Leicester et Liverpool

Deuxième volet de notre guide de la saison. Au programme, Crystal Palace, Everton, Leicester et Liverpool, après la première fournée sur Arsenal, Aston Villa, Bournemouth et Chelsea.

Paul Basse — 4 août 2015
Guidedelasaison_2
Guidedelasaison_2

Deuxième volet de notre guide de la saison. Au programme, Crystal Palace, Everton, Leicester et Liverpool, après la première fournée sur Arsenal, Aston Villa, Bournemouth et Chelsea.

Crystal Palace

Palace

C’était le vrai pari risqué pour Alan Pardew : quitter Newcastle pour rejoindre Crystal Palace en milieu de saison. Finalement, le choix osé a payé. Palace s’est calé en milieu de tableau. Newcastle s’est sauvé de justesse. Aimé des supporters après un passage comme joueur couronné de succès, Pardew s’est mis bien dans le Sud-Est de Londres. Fan numéro 1 de Yohan Cabaye, il a fait venir son protégé époque Newcastle. Cabaye doit se relancer après 1 an et demi cauchemardesque à Paris, où il a fait banquette. On les voit se maintenir tout en causant du tord aux gros à Selhurst Park. Le très grand Selhurst Park. Palace, c’est coriace, vorace. Il y a eu des révélations l’an passé : Yannick Bolasie et Dwight Gale. Connor Wickham, arrivé en provenance de Sunderland, est à suivre aussi.

Équipe-type : McCarthy – Ward, Dann, Delaney, Souaré – Bolasie, Jedinak, Cabaye, Puncheon – Wickham, Bamford

Le gros plus : une équipe solide, physique, et hermétique

Le défaut : il faut un buteur

Le joueur qu’on attend au tournant : Patrick Bamford. Meilleur joueur de Championship après 17 pions. Prêté par Chelsea, il est potentiellement l’une des révélations sur laquelle les tabloïds vont se toucher.

Les maillots de la saison

Everton

6-Everton

Il y a eu un très haut il y a deux ans -avec un record de points à la clé-, au point de tutoyer la Ligue des champions. Puis, un contre-coup massif l’an passé. L’euphorie de l’ivresse, puis une gueule de bois terrible, comme conduite par quelques shots de tequila en somme. En douze mois, les Toffes sont passés de candidat au Top 6 à jouer le maintien. Typique du club non-préparé à jouer Coupe d’Europe et tous les 3 jours. Des joueurs ont à prouver qu’ils ne sont ni surcotés, ni finis : Lukaku, Barkley, Coleman, Baines. Côté business, Deulofeu est revenu après une première expérience en prêt à Everton. Cleverley débarque, requinqué par une bonne saison à Villa. Au-delà de tout : il y a nécessité pour Roberto Martinez, vu comme un grand -à raison selon nous- après une première saison accomplie de redonner des couleurs à Everton. Mais peut-être aussi de sauver sa peau.

Équipe-type : Howard – Coleman, Stones, Jagielka, Baines – Deulofeu, McCarthy, Cleverley, Mirallas – Barkley – Lukaku

Le gros plus : Une équipe de revanchards

Le défaut : Un manque de créativité

Le joueur qu’on attend au tournant : Ross Barkley. Il a été la hype de 2014, au point d’aller à la Coupe du Monde. Maintenant, il doit sortir une grosse saison.

Les maillots de la saison

Leicester

8-Leicester

10 après avoir été largué par Chelsea, qui s’était acoquiné de José Mourinho, Claudio Ranieri est de retour en Angleterre. Il a pris le pari « Foxes », après deux brillantes saison à Monaco, où il aura amené l’ASM en Ligue des champions et façonné James Rodriguez ; mais aussi un passage infâme à la tête de la sélection grecque qui s’est mal fini. Leicester a lourdé l’étrange Nigel Pearson -qui a traité un journaliste de con et un autre d’autruche– pour choisir Ranieri. L’Italien prend les commandes d’un club qui a passé sa saison 2014-2015 à se saigner pour obtenir son maintien. Leicester a dit au-revoir à Esteban Cambiasso, le vétéran ultra-populaire en Premier League. Les Foxes sont-ils usés mentalement ? A voir. Ranieri peut en cas prouver qu’il n’est pas fini.

Equipe-type : Schmeichel – De Laet, Huth, Chilwell, Albrighton – Kanté, Drinkwater, Schlupp, Mahrez – Ulloa(ou Okazaki), Vardy (ou Okazaki)

Le gros plus : S’appeler les renards, parce que ça fait peur..grrrrr

Le défaut : L’équipe a l’air déjà condamnée en fait

Le joueur qu’on attend au tournant : N’Golo Kanté. Vu comme une sorte de Makelele. Les comparaisons de ce type sont toujours foireuses. Et il n’a qu’une saison de Ligue 1, somme toute à Caen, dans ses fines pattes.

Les maillots de la saison

Liverpool

liverpool-third-kit-1

Liverpool, orphelin de Steven Gerrard parti distiller ses caviars en MLS aura encore une fois fort à faire cette saison pour non pas viser le titre, mais bien reconquérir la ligue des champions après le fiasco de l’année dernière. Avec des transferts convainquant et adressés au faiblesses de l’équipe (Benteke, Clyne, Bodgan, Firmino, Milner), Brendan Rodgers n’aura plus aucune excuses s’il échoue encore une fois à ramener un titre à Anfield Road. Après avoir failé a combler le vide laissé par Luis Suarez, les Reds espèrent bien cette année ne pas (trop) ressentir les départs de Gerrard et Sterling. Réponse le 9 août contre Stoke, qui leur à infligé une déculottée (6-1) lors du dernier match de la saison. Par Louis Bierlein 

Equipe-type : Mignolet – Moreno, Sakho, Skrtel, Clyne – Can, Milner, Henderson – Coutinho, Firmino, Benteke

Le gros plus : Philippe Coutinho, l’esthète.

Le défaut : Un groupe très remanié

Le joueur qu’on attend au tournant : Christian Benteke, censé survivre aux 46M€ de son transfert.

Les maillots de la saison

Paul Basse

Fondateur d'Offside ! Spécialiste de Chelsea FC. Grand amateur de Vine.

Vous Aimerez Aussi