Le site 100% foot anglais en direct d'Angleterre

Emirates Cup : Arsenal mange du Lyon

Au petit trot à l’Emirates Cup : Arsenal a mangé l’Olympique Lyonnais, et confirme son excellent début de saison.

Paul Basse — 25 juillet 2015
image
image

Au petit trot à l’Emirates Cup : Arsenal a mangé l’Olympique Lyonnais, et confirme son excellent début de saison.

Il y a évidemment un air d’été, que la température limitée ne confirme pas vraiment. Hier, il pleuvait des cordes chez nous, aujourd’hui, on doit plafonner à 22 degrés. Bienvenue à Londres. C’est sans ce que se disent ces supporters Lyonnais, tout content, et pas vraiment dégouté de la température, car ils se prennent en selfie devant l’Emirates Stadium, avec le full-kit de l’OL.

Mine de rien, même si c’est un match de pré-saison, le rythme est là, bien présent. C’est l’avant-compétition parce qu’il n’y a aucune pression du résultat, ni sur les supporters, ni sur les joueurs sur le pré. Ce n’est que de l’envie de s’étalloner face à un adversaire calibre ligue des champions.

N’Jie teste quand même l’ami Martinez, aligné par Arsène Wenger en lieu et place de Petr Cech, arrivé en provenance de Chelsea. La partie est équilibrée, même si Lyon ne parvient pas à se montrer suffisamment dangereux. Son meneur de jeu, Clément Grenier, n’arrive pas vraiment à s’insérer entre les lignes et faire jouer son équipe. Il n’y parviendra jamais, le pauvre. Son adducteur lâche sur une passe anodine du gauche. Gênée tout la saison dernière par ces mêmes adducteurs, Grenier sort. Tu perds un Gourcuff, et tu en récupères un.

La partie bascule après cela en huit petites minutes. D’abord sur un coup-franc tiré par Ozil, repris croit-on tranquillement de la tête -mais c’est de l’épaule (30e, 1-0)-, par Olivier Giroud. Ramsey, ensuite, met un joli petit-pont à Gonalons avant de servir Giroud, qui lance « The Ox » qui fusille (2-0, 34e) Lopes. Acte 3, sur le coup d’envoi, passe foireuse de Gonalons interceptée : sur un mouvement éclair, Ramsey sert le neveu de Jay-Jay Okocha, Iwobi. But du gauche (3-0, 35e) du jeunot. Acte 4 : Rose joue au poteau devant Ozil qui ne se prend pas la tête et sert Ramsey (4-0, 38e) en profondeur. Lopes est battu au premier poteau.

Lyon est trop faible sur les côtés à cause de son schéma en losange, d’autant que ses latéraux sont complètement largués et que devant, Lacazette, n’existe pas. Ça valait pas vraiment l’ovation des supporters des Gunners, dragueurs en début de match. Au milieu, Ramsey peut se projetter comme bon lui semble. 4-0, à la mi-temps.

La fessée donnée à l’OL

Pas de changement de physionomie en deuxième. Lyon n’a aucune boussole et se fait prendre sur les côtés. SYS-TE-MA-TI-QUE-MENT. Arsena gère pépère comme un livret A. Coquelin est partout, il casse toutes les contre-attaques lyonnaises et joue toujours juste. Un peu comme Giroud, qui profite d’un cafouillage pour donner un caviar (5-0, 62e) à Özil.

La Mexican Wave, mieux connu, sous le nom de « Ola » en français, fait son apparition. Arsène Wenger est content de ses gars, et fait sortir la moitié de son équipe. Le match, au fond, n’a plus aucun sens d’autant, qu’hormis Grenier sur blessure, Lyon n’a fait aucun changement. Il ne manquait à Arsenal qu’un but de Cazorla. C’est fait sur un coup-franc à ras de terre. 6-0. Arsenal a régalé.

Paul Basse, à l’Emirates Stadium

Arsenal 6 – 0 Olympique Lyonnais

Emirates Cup

Arsenal : Martinez – Debuchy, Mertesacker, Koscielny, Gibbs – Coquelin (Hayden, 79e), Ramsey (Arteta, 63e), Oxlade-Chamberlain (Reine-Adelaide, 70e) – Özil (Cazorla, 63e), Giroud (Walcott, 70e), Iwobi (Akpom, 63e)

OL : Lopes – Zeffane, Rose, Umtiti, Jenssen – Gonalons, Ferri, Tolisso – Grenier (Fékir, 31e) – N’Jie, Lacazette

Paul Basse

Fondateur d'Offside ! Spécialiste de Chelsea FC. Grand amateur de Vine.

Vous Aimerez Aussi