Le site 100% foot anglais en direct d'Angleterre

Premier League: Arsenal ne baisse pas le pied

Vainqueurs tranquilles à Hull City (1-3), ils remontent à égalité de points avec Manchester City (70) et sont assurés de figurer dans le top 4 en fin de saison.

Olivier Sclavo — 4 mai 2015
Aaron Ramsey fait décoller Arsenal avec un but et une passe dé
Aaron Ramsey fait décoller Arsenal avec un but et une passe dé

Vainqueurs tranquilles à Hull City (1-3), ils remontent à égalité de points avec Manchester City (70) et sont assurés de figurer dans le top 4 en fin de saison.

Presque une demi heure sans rien. Enfin si, des coups des «Tigers » dans les jambes des « Gunners » et des coups de rein d’Alexis Sanchez pour faire danser les félins. Alors quand il s’agit de réveiller tout le monde c’est le Chilien qui s’en charge.

Faute sur l’ex Barcelonais à l’entrée de la surface. Il pose son ballon, frappe enroulée à peine effleurée par la tête de Michael Dawson dans le mur, tout le monde l’a voit sortir. FAUX ! C’est dedans. Ouverture du score comme si de rien n’était pour les gars d’Arsène (0-1, 28e).

Cinq minutes plus tard Santi Cazorla décroche une passe de 30 mètres pour Aaron Ramsey dans la surface. Un-contre-un bancal face à Robbie Brady, et le Gallois déclenche sa frappe téléphonée dans les jambes de son adversaire qui le tacle au même moment. Sauf que ce soir apparemment tout le monde en a après Steve Harper qui voit la frappe contrée, passer au dessus de sa tête et alourdir le score (0-2, 33e)

Hull City n’arrive à rien et Arsenal déroule, pour enfoncer un peu plus les homes de Steve Bruce, Aaron Ramsey envoie Alexis Sanchez dans le dos des défenseurs seul au but. Sanchez dribble facilement Harper pour planter son doublé (0-3, 45e).

Lee Mason siffle la fin du massacre et renvoie les deux équipes aux vestiaires alors qu’Arsenal est en feu et semble capable de mettre Hull au supplice toutes les cinq minutes.

HULL SE REBELLE, MAIS PAS ASSEZ

Ça a dû gueuler dans les couloirs du KC Stadium, parce que le Hull City qui reprend le combat en deuxième mi-temps n’a pus rien à voir avec l’équipe ultra faible des 45 premières minutes. Et près de dix minutes après le coup d’envoi, Stephen Meyler, massacre la cheville de Laurent Koscielny en glissant la balle à El Mohamady qui donne un très bon centre par dessus les défenseurs d’Arsenal encore vivants, à Quinn pour la réduction du score (1-3, 56e).

L’espoir reprend tout d’un coup pour s’éteindre petit à petit alors qu’Arsenal s’amuse à faire tourner la balle pour lancer des offensives un peu quand cela leur chante. Les Gunners gèrent tranquillou leur fin de match sans suer beaucoup mais avec des statistiques conquérantes impressionnantes : 68% de possession de balle et 22 tirs dont 9 cadrés sur les cages du pauvre Steve Harper.

Tellement conquérants qu’Arsène Wenger se dit que c’est le moment pour relancer Jack Wilshere qui a enfin quitté son infirmerie où il a passé les derniers cinq mois. Sur sa première prise de balle, le petit milieu de terrain, transperce tout le monde pour aller s’empaler sur Michael Dawson. Tout le monde flippe pour la star en verre mais il se relève sans grimace et va faire très mal à Hull tout le match pour bien montrer que sans un corps de lâche il pourrait encore plus élever le niveau de jeu de ses copains.

Au coup de sifflet final, Arsenal est à égalité avec Manchester City avec un match en moins à disputer contre Sunderland tandis que Hull City replonge et se retrouve à un point du premier relégable qui a un match en moins : SUNDERLAND. Les Gunners ont mis cinq points dans la vue à Manchester United, quatrièmes.

Ça va être très chaud pour les Tigers qui vont devoir se taper Burnley, Tottenham puis Manchester United pour se sauver.


 

Hull City : Harper – Chester, Dawson, McShane – El Mohamady, LIvermore (45e, Meyler), Huddlestone, Quinn (81e, Jelavic), Brady – N’Doye, Aluko (65e, Robertson)

Arsenal : Ospina – Moreal, Koscielny, Mertesacker, Bellerin – Coquelin, Cazorla – Sanchez, Ozil, Ramsey (68e, Wilshere) – Giroud (86e, Walcott)

Olivier Sclavo, à Londres

Olivier Sclavo

Journaliste, né dans le nid des Aiglons de l'OGCNice et vouant un culte sans fin à Paul Scholes. Basé à Londres pour vous donner le meilleur de ce que le football anglais a à nous offrir: des buts, des frappes, des tacles, de la bière et des tacles.

Vous Aimerez Aussi