Le site 100% foot anglais en direct d'Angleterre

Championship : Les 56 du Bradford Fire ne sont pas oubliés

Une minute de silence a été observée samedi sur toutes les pelouses d’Angleterre pour marquer le 30e anniversaire du « Bradford Fire » qui a causé la mort de 56 supporters de Bradford City

Olivier Sclavo — 27 avril 2015
Championship : Les 56 du Bradford Fire ne sont pas oubliés
Championship : Les 56 du Bradford Fire ne sont pas oubliés
Championship : Les 56 du Bradford Fire ne sont pas oubliés
Championship : Les 56 du Bradford Fire ne sont pas oubliés
Championship : Les 56 du Bradford Fire ne sont pas oubliés
Championship : Les 56 du Bradford Fire ne sont pas oubliés
Championship : Les 56 du Bradford Fire ne sont pas oubliés
Championship : Les 56 du Bradford Fire ne sont pas oubliés

Une minute de silence a été observée samedi sur toutes les pelouses d’Angleterre pour marquer le 30e anniversaire du « Bradford Fire » qui a causé la mort de 56 supporters de Bradford City. Retour sur ce drame un peu trop oublié.

Ils étaient 11,076 dans les tribunes à avoir préparé le champagne pour le dernier match d’une glorieuse saison face à Lincoln City, à domicile, dans le vétuste Valley Parade. Un 11 mai 1985 chaud et placé sous le signe des célébrations de la montée en League Two. Peter Jackson, capitaine et enfant du pays recevait le trophée de l’ancienne Third Division déjà acquis lors de l’avant-dernière journée contre Bolton.

Après 40 minutes de jeu en première mi-temps et toujours 0-0, John Helm, commentateur pour ITV, remarquait un début d’incendie dans le fond de la tribune principale. En moins de 4 minutes le toit et la totalité de la tribune en bois disparaissaient dans les flammes et une fumée noire et très épaisse. En dépit de l’aide des pompiers, joueurs, policiers et certains supporters, beaucoup de fans restent bloqués dans l’enceinte. Le soir venu, 56 d’entre eux ne rentreront pas chez eux et 265 sont conduits à l’hôpital.

Toutes les composantes du football professionnel anglais ont organisé une minute de silence qui a été observée ce samedi sur toutes les pelouses alors que le 30e triste anniversaire de la catastrophe approche.

La couronne de fleur (voir photos) qui représente les 72 clubs de la Football League sera déposée au mémorial du « Bradford Fire » en présence des représentants de la Premier League, de la Fédération, de la Football League et du sélectionneur Roy Hodgson, au stade de Valley Parade.

Parce que même si la mythologie britannique du foot tourne beaucoup autour des drames et disparus, qu’ils soient joueurs (Manchester United) ou fans (Liverpool, Hillsborough), au rayon macabre ce sont les supporters des Reds qui ont monopolisé le haut de l’affiche avec courage et succès. Et si les victimes du drame de Hillsborough ont obtenu justice, les morts de Bradford attendent toujours.

_82559829_footballleague

MARTIN FLETCHER SEUL AU MILIEU DU SILENCE

Un anniversaire spécial alors que vient de sortir le livre d’un survivant qui apporte de nouvelles informations autour de l’événement. Martin Fletcher, 12 ans et immense fan des « Bantams » était présent le 11 mai 1985, en tribune principale avec son père, son oncle, son petit frère et son grand-père. Il va revenir tout seul à la maison. Son petit frère, 11 ans, la plus jeune des victimes de la catastrophe, aurait fêté ses 41 ans cette semaine.

Pendant 15 ans, Martin Fletcher, devenu adulte, va consacrer sa vie à se documenter sur l’incendie. Il retrace l’historique professionnel de Stafford Heginbotham, président de Bradford City au moment des faits.

L’homme d’affaire, décédé en 1995, traînerait derrière lui, au moins huit cas d’incendies majeurs dans les locaux de ses entreprises ou avec lesquelles il avait des liens plus ou moins directs. Il aura fait sept demandes de recouvrement pour incendies à ses assureurs et sera remboursé à chaque fois. Une série noire qui débutera en mai 1967 pour s’achever le même mois, en 1985, avec les morts de Bradford City et un nouveau remboursement.

Martin Fletcher avance un chiffre de près de 30 millions d’euros touchés par Stafford Heginbotham après cette incroyable accumulation de coups du sort.

Un nouvel éclairage, déjà connu de beaucoup à Bradford, mais qui n’est jamais parvenu aux oreilles de Sir Oliver Popplewell, le juge en charge de l’enquête après le drame.

Une enquête vite menée et conclue en moins d’un mois et qui a laissé beaucoup de questions en suspens. L’accident aurait ainsi été causé par un touriste australien en visite, coupable d’avoir jeté une cigarette ou une allumette, sous la tribune où des années de détritus entassés se seraient enflammés. Un touriste dont personne ne connaît le nom selon le témoignage d’un inspecteur. Le tout alors que la promotion en League Two obligeait le club à moderniser son enceinte et que la tribune qui sera le théâtre du drame allait être détruite 48 heures plus tard.

HEROS CHERCHE CAUSE À DEFENDRE

Fletcher n’assistera plus à un seul des matches de son équipe pendant 12 ans. Il retrouvera pourtant son Bradford City, qui, cette année a enfilé le costume de héros de la FA Cup en sortant Chelsea, leader de Premier League, à Stamford Bridge, 4 – 2.

Le club a passé de nombreuses années sans anniversaire officiel de la catastrophe, pas de brassard noir, rien. Même le mémorial n’aura été érigé qu’en 2001.

Ainsi Martin Fletcher, soutenus par plusieurs experts, survivants et élus espère une réouverture de l’enquête comme ce fut le cas de nombreuses années après l’hécatombe de Hillsborough. « Liverpool avait une injustice à combattre, nous n’avons même pas ça », conclura Martin dans un article du Guardian.

Olivier Sclavo, à Londres

Pour en savoir plus : 56 – The Story of the Bradford Fire – Editions Bloomsbury – Martin Fletcher

Crédit photos : Hulton-Deutsch Collection/CORB

Olivier Sclavo

Journaliste, né dans le nid des Aiglons de l'OGCNice et vouant un culte sans fin à Paul Scholes. Basé à Londres pour vous donner le meilleur de ce que le football anglais a à nous offrir: des buts, des frappes, des tacles, de la bière et des tacles.

Vous Aimerez Aussi