Le site 100% foot anglais en direct d'Angleterre

Manchester Derby : United met un stop à City

Menés au score rapidement, Manchester United s’est relevé et a giflé Manchester City 4-2 pour rester 3e, au contact d’Arsenal tandis que City est seul 4e.

Olivier Sclavo — 12 avril 2015
Manchester United décroche le derby
Manchester United décroche le derby

Menés au score rapidement, Manchester United s’est relevé et a giflé Manchester City 4-2 pour rester 3e, au contact d’Arsenal tandis que City est seul 4e.

Huit minutes pour faire fermer beaucoup de bouches et faire changer de couleur le slip des Red Devils. L’ouverture du score de Sergio Aguero sur un centre en retrait de David Silva que l’Argentin n’a plus qu’à pousser dans les buts de United intervient très tôt dans la rencontre et à l’issue d’un superbe mouvement sur le côté gauche des Citizens (8e, 0-1).

Le derby n’a fait attendre personne et voici les hôtes du jour sous pression et menés au score pour la première fois depuis la défaite en quart de finale de FA Cup, leur dernière en date, contre Arsenal.

Mais les gars de Van Gaal n’ont rien à voir avec les glandus du début de saison et ils s’enlèvent vite cette pression par l’égalisation d’Ashley Young. Un des meilleurs joueurs du club en ce moment s’offre le même but que tu as mis ce weekend sur la pelouse du bled à côté de chez toi. David de Gea jette la balle loin devant, Herrera récupère et balance un centre dans la boîte, le ballon rebondit sur les fesses de Gaël Clichy et tombe dans les pieds de Young qui fait trembler les filets, facile (13e, 1-1).

Pour que le scénario reste probable Chris Smalling nous gratifie d’un contrôle poitrine-glissade à plat ventre bien ridicule, le tout en redonnant la balle à l’adversaire alors que ses copains essayent de garder l’opposition dans le camp adverse.

Un quart d’heure plus tard, Fellaini montre à la terre entière que le latéral gauche français de City va passer un sale après-midi sous la pluie de Manchester. Blind et Young s’amuse à base de talonnades dans leur couloir gauche. L’ailier anglais centre au deuxième poteau pour la grande carcasse de Fellaini. Le ballon lobe un Clichy mal placé et trop petit, et fini sur le front, juste en dessous de la touffe de Marouane pour que United passe devant (27e, 2-1).

Ashley Young envoie un calbotte-manchette sur l’arrière du crâne chauve de Zabaleta alors que les deux garçons sont épaule-contre-épaule histoire de bien garder à l’esprit qu’il s’agit d’un derby fratricide. Toujours dans le même esprit, Vincent Kompany nous offre une nouvelle démonstration de sa maîtrise défensive du moment en jetant en l’air le frêle Daley Blind sur un tacle en retard. Après quelques minutes de sueurs froides pour les Citizens, pendant lesquelles les arbitres discutent de la sanction la plus appropriée pour le capitaine, il n’écope que d’un jaune (43e).

BYE-BYE KOMPANY

Avec une biscotte au compteur et des performances toutes pourries ces derniers temps, Manuel Pellegrini ne prend aucun risque et fait sortir son capitaine apparemment blessé pour le jeune Eliaquim Mangala à la mi-temps.

Les Sky Blues galèrent très fort à endiguer les vagues rouges sur les buts de Joe Hart. Tous les moyens sont donc bons pour tenter de stopper les offensives adverses. Oscar de la simulation de blessure la plus ridicule pour Martin Demichelis qui se retrouve au sol en position fœtale en espérant un geste de l’arbitre en sa faveur. Clattenburg se rend au chevet du souffrant qui se relève tout d’un coup, ce qui arrache un sourire à l’homme en noir qui lui fait comprendre que le cinéma ici c’est Ken Loach, et qu’il n’a rien d’Argentin.

C’est bel et bien LA journée des hommes en forme pour United. C’est donc Juan Mata qui place son ballon entre les jambes de Hart lancé au but par Wayne Rooney en pivot (66e, 3-1). Fellaini bouge Demichelis qui perd la balle très haut, trop haut dans son camp et le Belge transmet à Rooney qui n’a plus qu’à donner à Mata parti seul côté gauche, sans un défenseur bleu ciel pour lui contester son huitième but pour les Red Devils.

Petit intermède musical depuis les tribunes de Old Trafford, avec le tube « You are getting sacked in the morning » (note : « Tu seras viré demain matin ») chanté dans les oreilles de Pellegrini par les fans à domicile.

Comme United a enclenché le mode « rouste » : City offre à Chris Smalling, l’honneur d’une nouvelle claque sur ses fesses déjà rougies. Comme Chris ce n’est pas non plus le plus fort, alors les copains de City ils l’ont laissé tout seul dans la surface sur un coup-franc de Young pour qu’il balance une tête victorieuse dans les filets (73e, 4 – 1).

La confiance est tellement haute chez les hôtes que Louis van Gaal se permet même de faire sortir un Michael Carrick boitillant à la 87e minute de jeu alors qu’il ne peut plus faire rentrer qui que ce soit à sa place. Evidemment avec un homme en moins sur le terrain, les choses sont de suite moins évidentes et sur une attaque placée, une minute plus tard, Zabaleta donne un centre parfait dans la surface à Aguero qui bat De Gea sur son 100e but pour le club (88e, 4-2).

Pas assez pour aller chercher un United sûr de ses forces et qui est reste dangereux jusqu’au bout du match. Au coup de sifflet final, les Red Devils enchaînent un sixième succès d’affilée en championnat et mettent un gros stop à City qui avait remporté les quatre derniers derbys. Les Citizens ont été très laids pendant 75 minutes et viennent de subir six défaites sur leurs huit derniers matches.[hr style= »dotted »]

Manchester United : De Gea – Blind, Smalling, Jones (75e, Rojo), Valencia – Carrick, Fellaini (83e, Falcao), Herrera, Mata (81e, Di Maria), Young – Rooney

Manchester City : Hart – Clichy, Kompany (45e Mangala), Demichelis, Zabaleta – Yaya Touré, Fernandinho – Jesus Navas (74e, Lampard), Silva, Milner (63e, Nasri) – Aguero

Olivier Sclavo

Journaliste, né dans le nid des Aiglons de l'OGCNice et vouant un culte sans fin à Paul Scholes. Basé à Londres pour vous donner le meilleur de ce que le football anglais a à nous offrir: des buts, des frappes, des tacles, de la bière et des tacles.

Vous Aimerez Aussi