Le site 100% foot anglais en direct d'Angleterre

Le carton rouge de Gerrard, Rodgers, Sterling : les 3 ratés de Liverpool

Liverpool laisse filer Manchester United, 4e à cinq points. Du carton rouge de Gerrard aux choix discutables de Brendan Rodgers, retour sur un match où les Reds sont passés à côté au plus mauvais moment : la Ligue des champions s’éloigne.

Paul Basse — 22 mars 2015
Carton rouge de Gerrard : Défaite pour Liverpool dans le derby
Carton rouge de Gerrard : Défaite pour Liverpool dans le derby

Liverpool laisse filer Manchester United, 4e à cinq points. Du carton rouge de Gerrard aux choix discutables de Brendan Rodgers, retour sur un match où les Reds sont passés à côté au plus mauvais moment : la Ligue des champions s’éloigne.

Sterling sur l’aile, Liverpool bat de l’aile

Il est facile, après coup, de critiquer les choix d’un manager, Brendan Rodgers en l’occurence. Nous ne sommes pas de ceux qui voient les uns et les autres à l’entrainement. Nous ne sommes pas confrontés non plus au choix, à forte pression, évidemment, d’aliger onze bonhommes. Pour autant, la première mi-temps d’un Liverpool totalement asphyxié a montré que le Nord-Irlandais avait tout sauf effectué les choix les plus judicieux. Exilé sur l’aile droite d’un milieu à quatre, Raheem Sterling a vécu une rencontre d’anonyme, à un poste qui lui confère la responsabilité de défendre. Chose qui n’est pas son point fort. La tâche est d’autant plus compliqué quand c’est face à une droitier qui joue à gauche. On n’a pas vu celui qui est l’un des meilleurs joueurs de Liverpool quand il joue aux avant-postes. Adam Lallana ou Joe Allen sont-ils tellement supérieurs à lui qu’il méritait qu’on adapte l’équipe à leurs qualités plus qu’à celles de Raheem Sterling ? L’autre conséquence fâcheuse a aussi été le manque criant de vitesse dans le jeu des Reds.

Un milieu de terrain archi-dominé

Mata

Manchester United a construit son succès sur son milieu de terrain, là où Michael Carrick et Ander Herrera ont régné. S’ils ont tant brillé, c’est aussi parce qu’ils ont réussi à étouffé leurs adversaires direct : Joe Allen et Jordan Henderson. Les deux milieux n’ont pas existé. Le premier, bon passeur, n’enlève pas le soupçon de doutes qui l’entoure dans les grands matchs. Le second n’a pas réussi à disposer de verticalité et amener le danger dans la surface ou à ses abords comme il le fait si bien. Steven Gerrard, avec son expérience, et son jeu de passes (longues ou courtes) aurait peut-être fait la différence. Mais Rodgers lui a préféré Allen. Pari perdu.

Le carton rouge de Steven Gerrard

Frustré de ne pas démarrer le match ou non, agacé par les chants insultants ou chambreur des supporters, une chose est sûre, Steven Gerrard n’a pas été très malin ou fin au moment de coller une semelle sur le tibia d’Ander Herrera, 45 secondes après son entrée en jeu. Le carton rouge est logique et il n’a fait que compliquer la tâche de son équipe, larguée déjà à la mi-temps. Le capitaine le sait : « J’ai laissé tombé l’équipe et le manager » a-t-il déclaré après la rencontre. Paradoxalement, les temps forts de Liverpool sont venus dans la demi-heure du match, après le deuxième but de Juan Mata, même s’il nous a semblé que Manchester United avait surtout desserré l’étau. Steven Gerrard doit se préparer à se faire couper menu demain matin par la presse anglaise.

Paul Basse

Fondateur d'Offside ! Spécialiste de Chelsea FC. Grand amateur de Vine.

Vous Aimerez Aussi