Le site 100% foot anglais en direct d'Angleterre

Premier League : Olivier Giroud met Arsenal très très bien

Le Français, tant décrié, est l’acteur principal de la victoire 3-0 contre West Ham cet après midi à l’Emirates Stadium avec un but et une passe décisive.

Olivier Sclavo — 14 mars 2015
Olivier Giroud : l'homme fort d'Arsenal
Olivier Giroud : l'homme fort d'Arsenal

Le Français, tant décrié, est l’acteur principal de la victoire 3-0 contre West Ham cet après midi à l’Emirates Stadium avec un but et une passe décisive.

Il a fait beau toute la semaine à Londres. On y a tous cru et beaucoup ont remplacé les doudounes par les petits manteaux de mi-saison. Grave erreur, le froid nous est revenu comme un 8-2 à Old Trafford dans la tronche et le soleil joue à cache-cache avec les nuages dans le ciel de la capitale anglaise.

L’Emirates se remplit tout doucement alors que la sono est obligée de cracher des chants de supporters tellement l’agitation est faible dans le bel écrin des Gunners.

Il faut cinq minutes à Arsenal pour se mettre en évidence avec Olivier Giroud qui dévie d’une talonnade tout en douceur dans la course de Walcott. L’ailier anglais se retrouve dans la surface et ne sait plus quoi faire avec le ballon. Il ralentit sa course et ne frappe pas, Collins arrive comme une brute et dégage le cuir et le joueur des Gunners du même coup. Un penalty clair pour les gars d’Arsène mais un sombre mystère sur les intentions de Walcott. Tire bon sang !

Coquelin, la hargne à la récupération, le type, se lance à la poursuite de Diafra Sakho qui part seul au but et il le rattrape, lui reprend la balle et reçoit les applaudissements du public (15e).

Alors que tout le monde dort ou marche sur le pré, Noble décale Cresswell qui centre pour une superbe reprise de volée de Nolan. Mais Ospina, de retour dans les buts, écarte le danger parfaitement (21e).

Les hôtes du jour n’ont pas envie d’abattre ce bon vieux Allardyce. Avec plus de 70% de possession de balle, ils se retrouvent à nouveau dans la surface cette fois sur un centre de Chambers qui trouve Ramsey seul face au but et qui trouve le moyen de frapper de la cuisse sans mettre en danger Adrian (25e).

Et les types continuent de bombarder le gardien des Hammers. Walcott échoue encore, bien lancé par Ramsey, puis c’est Sanchez qui va balancer une lourde frappe repoussée par le gardien espagnol. Dans la continuité de l’action, puisque ça ne rentre pas on va essayer autrement. Chambers remet dans la boîte et le Chilien coupe le centre avec sa mi-mine, c’est carton jaune Alexis (35e).

A l’image de ce début de match, Walcott s’envoie un combo petit pont-accélération sur Creswell, côté droit et transmet à Giroud qui donne à Ozil pour une frappe contrée qui revient dans les pieds de l’ailier anglais qui avait suivi, mais la jette hors des limites du terrain.

Enfin bordel ! Du gauche dans la lucarne pour Olivier Giroud. L’attaquant français récupère un ballon qui échappait à Ramsey et déclenche un missile qui va déglinguer la lulu (1-0, 45e).

WEST HAM SE REPREND PUIS PLONGE

Alors que les fans d’Arsenal se foutent de Sam Allardyce en mimant les grands gestes d’exclamation du manager des Hammers, son équipe se montre enfin plus entreprenante et fait transpirer les Gunners. Au milieu de ce calme ensoleillé, le stade a droit à un changement d’arbitre et l’entrée d’Anthony Taylor à la place de Chris Foy qui s’est claqué le mollet. Bien sûr le tout sous un bien senti « You’re not fit to referee ! » de la part de tout l’Emirates Stadium. En même temps à la mi-temps le club a distribué des fish and chips aux journalistes présents dans le stade. Tu vas bien l’obésité ?

Pour ne perturber personne les Londoniens du Nord continuent de vendanger toutes les occasions qu’ils se procurent, avec brio parfois. Comme cette contre-attaque superbement menée par Ozil qui est retrouvé par Welbeck dans la surface. Seul, sur la gauche, il a trois bons mètres autour de lui pour contrôler et frapper. Mais non, l’Allemand pique un ballon vers Walcott plutôt que de tenter sa chance et West Ham peut récupérer (68e). Pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué hein ?!

Balancer de longs ballons à la mort pour Diafra Sakho, ça l’a gonflé le Sénégalais qui profite d’une énième chandelle qui lui est destiné pour mettre son coude dans la face de Laurent Koscielny et ramasse son carton jaune.

A force de tenter, d’échouer et de ne plus craindre un West Ham sans idées, Arsenal tue le match en trois minutes. Pour une fois que se faire 7655346 passes dans la surface ça marche ! Giroud réussi un joli une-deux dans la zone de vérité et c’est Aaron Ramsay, très remuant cet après midi qui aggrave la marque (2-0, 80e).

Et puis Mathieu Flamini, entré à la place d’Ozil, sur son premier ballon (ou presque), reçoit un centre de Santi Cazorla qu’il transforme instantanément de près (3-0, 83e).

Les français peuvent faire un peu les beaux sur ce match avec Olivier Giroud qui dépose un autre bon centre sur la tête de Welbeck mais Adrian boxe bien la tentative du buteur anglais (92e). La dernière égérie du GQ anglais vient de planter six buts et offert trois passes décisives lors de ses huit derniers matches de Premier League. Beau gosse !

De leur côté, les Hammers ne gagnent plus depuis sept matches et se retrouvent calés à la 10e place de Premier League. Arsenal se met hors de portée de Manchester United qui jouera demain contre Tottenham et restera 3e quoi qu’il arrive.

Les gagnants de ce derby se rassurent et peuvent se dire qu’avec un Giroud remonté à bloc, ils peuvent un peu espérer avant d’aller se taper Monaco sur le Rocher, la semaine prochaine pour le 8e de finale retour de C1.

Olivier Sclavo à l’Emirates Stadium [hr style= »dotted »]

Arsenal : Ospina – Chambers, Mertesacker, Koscielny, Monreal – Ramsey, Coquelin – Walcott (72e, Cazorla), Ozil (83e, Flamini), Sanchez (Welbeck, 65e) – Giroud

West Ham : Adrian – Cresswell, Kouyaté, Collins, O’Brien – Song – Noble (82e, Nene), Nolan – Jarvis (75e, Amalfitano), Sakho, Downing

Olivier Sclavo

Journaliste, né dans le nid des Aiglons de l'OGCNice et vouant un culte sans fin à Paul Scholes. Basé à Londres pour vous donner le meilleur de ce que le football anglais a à nous offrir: des buts, des frappes, des tacles, de la bière et des tacles.

Vous Aimerez Aussi