Le site 100% foot anglais en direct d'Angleterre

Cup : Liverpool au rendez-vous des quarts

On jouait les 8es de la Cup : Liverpool a dominé Crystal Palace (1-2) et continue son chemin en coupe. L’entrée de Mario Balotelli a été décisive. Analyse.

Louis Bierlein — 15 février 2015
Cup : Liverpool jouera les quarts grâce à Adam Lallana
Cup : Liverpool jouera les quarts grâce à Adam Lallana

On jouait les 8es de la Cup : Liverpool a dominé Crystal Palace (1-2) et continue son chemin en coupe. L’entrée de Mario Balotelli a été décisive. Analyse.

C’est LA rencontre à ne pas perdre pour progresser dans la FA cup pour deux équipes à la saison bien terne.

Et encore une fois, les Reds auront eu chaud aux fesses. Pas bien dans leurs crampons en première période, il aura fallu attendre la seconde et certainement un changement de chaussures, pour voir les Scousers changer le cours du match.

La rencontre démarre sur les chapeaux de roue et le ton de la première période est donné dès la première minute quand, sur l’engagement, Palace dégage en touche…

Le premier acte est très brouillon, Liverpool monopolise la gonfle sans trouver la faille, Sturridge perd énormément de ballons, les passes sont toutes cafouillées de part et d’autres, et Crystal Palace procède en contre.

Il faudra seulement 13 petites minutes aux eagles pour venir contrarier les plan de Brendan Rodgers. Mignolet sort et repousse une tentative à bout portant suite à une énorme boulette de la défense, mais est battu par Campbell (15e, 1-0) sur le second ballon .

L’ouverture du score à le mérite de donner un coupe de pied aux fesses des joueurs de Liverpool, qui commencent à combiner et trouver l’intervalle juste. Mais ca patauge toujours coté Palace, même si à chaque contre-attaque, tous les scousers salissent leur slips, et ca se sent dans le stade(…). Les eagles se noient dans les mauvais choix et sont bien contents d’atteindre la mi-temps en vainqueurs.

Les joueurs de Liverpool ont passés leur mi-temps par terre, victimes de glissades à répétitions, mais ont visiblement eu l’idée d’échanger leur Geox qui respirent à la mi-temps, pour des chaussures de foot. Génie tactique.

Pardew vs Brendou

Et si Brendan R avait un coup à jouer ? Le fait que Balotelli soit le seul joueur à s’échauffer sur la pelouse à la pause signifie probablement que oui. Mais pourquoi Mario, qui à déjà joué plus de 16 matchs pour seulement deux petits buts serait désormais un joker à considérer ? Tout simplement car après un but en Premier League et maintenant qu’il est associé à un Sturridge que la pression n’effleure même pas, on à l’impression que l’italien à changé. (oui, ce soir, on a vu son sourire et c’est beau.)

Balotelli rentre donc en lieu et place d’un Markovic mollasson à la sortie du vestiaire. Et en effet, l’ex-Mancunien est en jambe, décroche beaucoup, et se bagarre, mais la première illumination ne viendra pas de lui. Sur une ouverture lumineuse de Henderson, Sturridge reprend la balle d’une somptueuse volée (1-1, 49e), que le gardien touche mais ne parvient pas à sortir du cadre. C’est très mérité et ça donne de l’air aux reds qui en profitent pour se faire dessus jusqu’à la fin du match.

Gaylezilla

Mais Palace pousse toujours et joue crânement sa chance, et le petit Gayle, qui donne encore des cauchemar à tous les Scousers depuis le 3-3 de l’année dernière ou il les avaient traumatisés, est très en jambe.

Mais un Mignolet de gala, dont les nombreuses parades ont maintenu Liverpool à flot et de bien nombreuses maladresses viennent contrecarrer les plans d’Alan Pardew.

Et c’est dans cette période de flottement, que ce diable Mario sort de sa boite. Il obtient un bon coup franc qu’il tire lui même et envoie un puissant tir que le gardien ne peut capter. Lallana se précipite alors sur le rebond pour crucifier (1-2, 58e) le Speroni.

Les supporters de palace sont éteint mais reprennent quand même leur petite version de « You’ll never walk alone » à la sauce « You’ll never have a job« . Petits rigolos.

Les Eagles poussent mais la réalité se rappelle bien vite à eux par une fausse touche à la 90eme alors qu’il reste 5 min de temps additionnel. Allo.

Même en tentant le diable, même quand Sakho fait des malaises (pas un mot en conférence de presse sur cet incident), même en faisant des fautes complètement débiles aux abords de leur surface à 30 secondes de la fin (bonjour Skrtel), Liverpool conserve son avance et terrasse l’oisillon palace.

Le coaching est aussi, de plus en plus à souligner du coté de Liverpool. Brendan Rodgers, souvent critiqué (et à juste titre) pour son manque de plan B, commence à sortir quelques lapins de son chapeau. En rentrant un Balotelli apparemment revigoré dans la partie, il a réussi à changer le cours du match avant de bétonner avec Lovren et Rickiky Lambert.

Soyez prévenus, prochains adversaires des Reds : c’est pas encore ça… Mais c’est en quart.

Louis Bierlein