Le site 100% foot anglais en direct d'Angleterre

Reportage : Le Derby Everton-Liverpool au milieu des Reds

Un match nul bien nul 0-0 entre Everton et Liverpool que l’on a essayé de sauver en le vivant à Ruse, dans LE pub des fans de Liverpool dans la capitale anglaise.

Olivier Sclavo — 8 février 2015
AR-150209030
AR-150209030

Un match nul bien nul 0-0 dans le derby Everton-Liverpool que l’on a essayé de sauver en le vivant à Ruse, dans LE pub des fans de Liverpool dans la capitale anglaise.

Nuit noire à 17h15. Sortie à Borough sur la Northern Line. Température 4 degrés, ressentie -481947 degrés. En retard évidemment, car pour avoir une chance de poser ses deux pieds au sol sans marcher sur la pointe des chaussures de ton plus proche voisin, tu dois te pointer minimum une heure avant le coup d’envoi.

Bienvenue à Ruse, l’antre des supporters des Reds à Londres. Jour de derby sur les bords de la Mersey donc jour de folie dans ce pub qui n’a l’air de rien quand on aperçoit sa devanture violette depuis le trottoir de Borough High Street.

Huit minutes de combat épaule contre épaule avec des Golgoths anglais, armés de leurs troisièmes bières pour faire dix mètres et retrouver mon colocataire Will et sa passion pour Liverpool FC. Ou plutôt huit minutes où je tente de me faxer entre tout le monde en évitant d’en froisser un ou de me faire doucher de malt et de houblon.

Les types font trembler les murs et les coeurs en entonnant « You’ll never walk alone » puis « Poetry in Motion » et la chair de poule est fournie en option.

Stanfield (c’est marqué dans son dos)

arborant fièrement le numéro 7 essaye de se frayer un passage pour les toilettes « Watch your barrrrrr ! » ou « attention derrière! » en Scouser.

La frappe de Jordon Ibe qui massacre le poteau a pour mérite de réveiller un peu ce drôle de Kop. Les cris de joie dans mon dos m’apprennent que les cinq pères du jeune Ibe ont entre 25 et 35 ans et regardent leur prodige au pub avec moi « GO ON SON !« .

[quote text_size= »small »]

« I hate Mirallas, he’s a dick »

[/quote]

Applaudissements pour l’envol, retombée cervicales de Naismith.

A la mi-temps, tu peux enfin respirer à plein poumons sans toucher ton voisin de devant avec tes tétons. C’est également l’heure de faire la vidange et de se retrouver seul, en noir, au milieu d’une queue de maillots Reds te matant comme si tu étais le premier Gary Neville venu.

« MANCHESTER IS FULL OF SHIT AND OF BULLSHIT! »

Le frottements de tous ces ventres plein de bière offre beaucoup de bonheur à chaque passage.

Chaque apparition de Sturrige à l’écran, cris d’amour dans l’assistance. Les gars savent à quel point leur buteur star est vital pour percer Everton. Rien de fou sur le terrain alors quoi de mieux que d’envoyer une petite pique scatophile à l’ennemi ultime, Manchester United.

Une reprise acrobatique de « Stee Gerrard Gerrard » qui enchante tout le monde et on se reprend à rêver d’un scénario de feu.

Les prouesses défensives d’Emre Can face à Lukaku sont célébrées comme jamais, faute de buts.

Du coup, mon attention se focalise sur la discussion de mes camarades de droite qui sont en train de suffoquer à cause de l’odeur d’un grand et large type aux cheveux bouclés à lunettes devant eux: « I can’t stay here anymore, he stinks » (« Je ne peux pas rester ici plus longtemps, il pue »)

Il reste trois minutes dans le temps règlementaire et Mignolet vient de sortir une occasion en or de Coleman. Dans le public on se tortille les cheveux, on tape du pied, on se ronge les ongles, il n’y a quasiment plus un bruit pendant les phases de jeu des Toffees.

Pour le dernier derby de Steven Gerrard, le spectacle n’est carrément pas au rendez vous. Vite un détour aux toilettes avant la marée humaine du coup de sifflet final et on file fêter l’anniversaire de Will sur des airs de « You’ll never walk alone ». La seule réelle vibration de cette fin de samedi d’après midi.

Olivier Sclavo, en direct de Ruse

Olivier Sclavo

Journaliste, né dans le nid des Aiglons de l'OGCNice et vouant un culte sans fin à Paul Scholes. Basé à Londres pour vous donner le meilleur de ce que le football anglais a à nous offrir: des buts, des frappes, des tacles, de la bière et des tacles.

Vous Aimerez Aussi