Le site 100% foot anglais en direct d'Angleterre

Premier League : Les choses à savoir à mi-saison

La domination de Chelsea et City, des Frenchies à la peine, des matchs chiants, mais des découvertes : bilan calmement à mi-saison d’une Premier League qui nous laisse un peu sur notre faim.

Paul Basse — 30 décembre 2014
Premier League : Bilan à mi-saison
Premier League : Bilan à mi-saison

La domination de Chelsea et City, des Frenchies à la peine, des matchs chiants, mais des découvertes : bilan calmement à mi-saison d’une Premier League qui nous laisse un peu sur notre faim.

1. Un début de Premier League faiblard

On ne va pas se mentir : certains matchs de cette Premier League 2014/2015 ont été un supplice si on pose et compare la qualité du jeu des uns et des autres, à ce qu’on a connu et apprécié ces dernières saisons. Toujours de l’engagement mais moins de techniciens, de magiciens, de grandes gueules, de mecs qui foutent l’étincelle pour que tout un stade s’embrase. Chelsea et Southampton jouent bien. City, parfois, sur les derniers matchs aussi. Mais pour le reste, il va falloir repasser ou attendre mieux de cette deuxième moitié de saison. Arsenal/Manchester United a été pauvre et reste l’exemple parfait du choc en mousse. Certes, United a défendu de manière héroïque. Mais on s’est franchement plus amusé au pub d’un type derrière nous qui saute et involontairement asperge tout le monde de bière que de la prestation des 22 acteurs et de leurs remplaçants.

2. Chelsea et Manchester City : un cran au-dessus

Yaya Touré change tout

Qui joue mieux domine le championnat. C’est l’enseignement de cette demi-saison. Clairement. Chelsea, leader, a le plus impressionné tandis que City, dauphin, sur ses derniers matchs a retrouvé un peu de sa magie. Les Blues foutent la trouille à toutes les équipes se présentant à Stamford Bridge au point que ces dernières refusent le jeu. Fabregas, 13 passes décisives en 19 matchs, est le patron. Diego Costa enchaine les buts. Derrière Terry et consorts tiennent la baraque. Chelsea est là, depuis le début du championnat : pour sûr, il reste l’immense favori. Manchester City suit la cadence, même sans Sergio Aguero blessé. Yaya Touré retrouve la forme au moment où David Silva se balade. Bref, le champion est là. Southampton a longtemps été deuxième de Premier League avant d’enchaîner les déconvenues face aux gros. Manchester United est l’exception qui confirme la règle : jeu globalement pauvre, mais les victoires sont là.

3. Des buteurs nouveaux

Diafra Sakho

Diafra Sakho

Sergio Aguero avait fini deuxième meilleur buteur de Premier League la saison passée. Là, il est en tête avec 14 buts en 15 matchs. Diego Costa n’a pas mis longtemps à trouver ses marques et claquer ses pions. La petite surprise est Charlie Austin. Rooney est là même s’il ne joue plus attaquant. Van Persie peut mieux faire. Après des débuts canons, Graziano Pellè marque le pas, un peu comme Ulloa (Leicester).

classement_buteurs

4. West Ham et Southampton : les bonnes surprises

West Ham : Un quartier populaire

On ne sait pas trop si ce sont West Ham et Southampton qui sont vraiment bons ou si tout simplement, le nivellement -relatif- vers le bas de la Premier League, place ses deux clubs dans le haut du tableau. Aujourd’hui, West Ham est 6e, Southampton fait mieux à la quatrième place. Les Hammers ont effectué un recrutement malin (Diafra Sakho, Alex Song, Enner Valencia) qui permet au club de tourner à plein régime. Ils ont battu Manchester City et Liverpool à domicile. Pas mal, même s’ils ont récemment été surclassé par Arsenal et Chelsea. Le bilan est bon. Southampton cale aussi face aux gros bras du championnat. Longtemps, deuxième, ils restent dans le Big Four grâce à une meilleur différence de buts qu’Arsenal. Personne ne se plaindra à St Mary’s : pillés cette été, les Saints réussissent un championnat assez phénoménal avec du beau jeu, de bonnes recrues (Tadic, Pellè) et de jeunes joueurs de l’Academy (Clyne, Ward-Prowse, Targett). D’autant que Jay Rodriguez, 15 buts la saison dernière, n’est plus très loin du retour.

5. Liverpool doit cravacher

Liverpool a eu très chaud : analyse dans ce podcast

Forcément, le départ de Luis Suarez allait être difficile à gérer. Liverpool est loin de ses standards, même si la phase aller s’est achevée par deux victoires et un nul. Mais il y a eu la déroute face à l’ennemi United (0-3), et des défaites qui peuvent agacer les supporters (Crystal Palace, West Ham, Aston Villa). Mais le nouveau système de jeu en 3-4-3 semble prometteur, avec Raheem Sterling en pointe. Le grand perdant s’appelle Mario Balotelli cantonné au banc des remplaçants. Brendan Rodgers a réussi à maintenir son équipe à flot : elle n’est qu’à 5 points de Southampton et d’Arsenal, 4e et 5e de Premier League. Daniel Sturridge est sur le retour. Il sera utile pour une formation qui n’a inscrit que 26 buts en 19 matchs. Les rêves de qualification en Ligue des champions sont intactes.

6. Hormis Sissoko, des Français discrets

Premier League : Moussa Sissoko, seul français performant ?

Peu de Français sont à la fête cette saison. On peut citer le cas Mamadou Sakho, qui a tout de même retrouvé une place de titulaire après sa brouille avec Brendan Rodgers et ses blessures. Olivier Giroud a longtemps été blessé. Utile et buteur depuis son retour, l’attaquant des Bleus a pris trois matchs de suspensions après son coup de tête sur Onuoha face à QPR. Loïc Rémy est barré par Diego Costa à Chelsea. On sent même qu’il est le troisième attaquant du club derrière un Didier Drogba, décisif quand l’Hispano-brésilien s’est blessé. Même problème de concurrence pour Bafetimbi Gomis (Swansea), même si le départ de Wilfried Bony à la CAN va lui donner du temps de jeu. Samir Nasri, aussi longtemps blessé, n’est pas transcendant. On en parlait récemment, mais ni Rémy Cabella (Newcastle) ni Benjamin Stambouli (Tottenham) ne se sont imposés. Finalement seul Moussa Sissoko réalise une saison pleine. Ce n’est pas pour rien que Chelsea et Arsenal le suive.

7. Van Gaal bricole bien

LouisVanGaal

Ca tient la route pour le moment parce que Manchester United est troisième. Mais avec les Red Devils, il y a toujours la sensation qu’il manque quelque chose pour qu’on se dise que ce club est redevenu une machine. On a toujours de sérieux doutes sur une défense composée de joueurs moyens et/ou gaffeurs (Evans, Smalling, Jones) qui encadrent des arrières (McNair, Blackett) issus de l’Academy qui ont encore beaucoup à prouver. Mais devant, c’est très intéressant avec ce trio Falcao/Mata/Van Persie qui plait. Angel Di Maria a souvent été décisif quand il a été aligné. Blessé, son retour va peut-être chamboulé un système en 3-4-3 qui a permis au club de retrouver des répères grâce aux Young, Valencia et Carrick redevenus performants avec Louis Van Gaal. Ce dernier bricole et bricole bien. United ne joue que sur deux fronts (FA Cup, Premier League) : le Big four leur tend les bras.

8. Le maintien concerne beaucoup d’équipes

joey-barton

Huit équipes vont devoir lutter pour rester en Premier League : D’Everton, 12e, à Leicester, lanterne rouge. On sera curieux de savoir ce qu’Alan Pardew sera capable de faire des Eagles de Crystal Palace, après son départ fracassant de Newcastle. On misera peut-être sur une relégation de Burnley et Leicester en mai prochain. Pour le dernier strapontin, difficile de choisir entre Palace, Hull City, West Brom, le QPR de Joey Barton (ci-dessus), Sunderland et Aston Villa. Everton semble à l’abri. Quoi que…

9. Arsenal dans les temps…pour finir 4e

Arsenal/Newcastle : Carton des Gunners

C’est une sale habitude en vérité : Arsenal ne joue plus le titre depuis une bonne décennie maintenant. Le club s’est habitué à finir dans les places qualificatives pour la Ligue des champions. Les Gunners comptent 13 points de retard sur Chelsea. Sauf séisme, on voit mal la formation d’Arsène Wenger aller chercher un titre qui fuit le club depuis maintenant 10 ans. Des blessés longue durée comme Mesut Özil vont revenir. Une vraie concurrence en attaque entre Welbeck, Giroud voire Walcott s’installe devant. Mais on reste sceptique sur leur défense et leur sentinelle au milieu de terrain pour pouvoir enchainer. Quoi que….

Bonus : Frank Lampard n’est pas mort : il claque des buts / Rio Ferdinand est à la cave de QPR / Tottenham reste Tottenham / Bojan Krkic revit à Stoke City, et tellement de choses encore

Paul Basse

Fondateur d'Offside ! Spécialiste de Chelsea FC. Grand amateur de Vine.

Vous Aimerez Aussi