Le site 100% foot anglais en direct d'Angleterre

West Ham/Swansea : Les Hammers tordent le cou au cygne

Les Hammers l’emportent 3 à 1 et pointent provisoirement à la 3e place du championnat face à Swansea lors du dernier match londonien de cette 14e journée de Premier League. Reportage autour de ce West Ham/Swansea.

Olivier Sclavo — 7 décembre 2014
West Ham/Swansea
West Ham/Swansea

Les Hammers l’emportent 3 à 1 et pointent provisoirement à la 3e place du championnat face à Swansea lors du dernier match londonien de cette 14e journée de Premier League. Reportage autour de ce West Ham/Swansea.

Pour ma première dans les travées de Upton Park, le ciel de l’East End a décidé de m’offrir un soleil immense et un ciel ultra bleu.
Embarquement sur la Jubilee Line, direction une des places fortes du football londonien. Dès que la rame sort de terre, le décor vous met au parfum. Des bennes, des concessionnaires automobiles, du gris, une vue que même le beau temps a du mal à rendre agréable, voilà ce que West Ham a à offrir au visiteur. Terminus à la station Upton Park, entourée de briques rouges et de poussières, charmée par le profond accent de mes compagnons de voyage.

Après les bulles, l’arbitre siffle le coup d’envoi et les premières cinq minutes offrent aux fans beaucoup de saletés. Peu de précision et un Andy Caroll qui fait une bonne passe pour cinq mauvais choix.

Les Hammers contrôlent tranquillement leur adversaire et leur début de match mais s’approchent trop peu des cages de Fabianski et loupent les deux seules vraies occasions qu’ils arrivent à se créer (15e et 17e).

West Ham/Swansea : du côté d'Upton Park

En face les Gallois n’arrivent à rien et placent leur première attaque de la rencontre à la 13e minute. Mais ils ont avec eux un putain de tueur. Wilfried Bony n’a besoin que d’une seule frappe cadrée pour planter (19e). Jefferson Montero, tout en pointe de vitesse, déborde sur son aile gauche. Il rentre dans la surface et met un bon ballon en retrait à son attaquant qui n’a plus qu’à placer gentiment sa balle dans le coin droit d’Adrian pour son 7e but de la saison.

Le trio Montero-Sigurdsson-Bony pour les Swans c’est du très bon, du très beau. Quand les types combinent, tu sens l’écart qu’il y a avec les besogneux Hammers.

Pour illustrer mon propos, Jenkinson joue à une touche de balle mais avec les panneaux publicitaires derrière la ligne de touche. Pourtant l’ancien arrière droit d’Arsenal est gavé de ballons et son côté, le plus actif pour les londoniens. Alex Song, placé juste devant la défense, se démène pour trouver l’ouverture et tente de jolies choses avec ses Puma King Size aux pieds mais n’arrive pas à faire reprendre l’ascendant à son équipe.

CAROLL ENCHAÎNE, SAKHO DEGOMME

Andy Caroll se charge de l’égalisation. Sur un très bon centre de la droite de Carl Jenkinson, l’immense queue de cheval vient placer sa tête et envoie la balle dans la lucarne de Fabianski impuissant (40e). Swansea venait de concéder une tripotée de corners et semblait clairement en-dedans, un passage à vide qui coûte cher aux hommes de Gary Monk.

Chris Foy, qui s’est littéralement vautré sur la pelouse plus tôt dans la mi-temps, siffle le retour aux vestiaires tandis que mon collègue de la BBC fini de me postillonner dans le coup en gallois. Il fait gris, on commence à se les geler sévère.

On revient dans le froid et Big Sam veut à tout prix s’asseoir le plus haut possible dans le classement et son arme fatale, Diafra Sakho, entre à la place d’un Enner Valencia qui revient de blessure et qui a eu du mal pour son comeback.

West Ham reprend le contrôle des opérations mais, comme en première période, laisse les meilleures occasions à des Gallois un peu timides. Et c’est encore Bony qui se montre un petit peu radin et préfère tenter sa chance seule à l’entrée de la surface et tire sur la barre transversale (59e). Routledge était lancé et seul sur sa droite et semblait pouvoir être plus dangereux. Tant pis.

En face, Sakho a bien fait de rentrer et fout un bordel monstre dans la défense des Swans. Il est encore à la récupération en pressant fort sur Britton dans la moitié de terrain adverse. Centre pour Caroll à ras de terre, le ballon est sorti in extremis par un défenseur. Corner. Stewart Downing s’en charge, Caroll met encore son catogan contre la gonfle et marque son doublé (66e). Sprint vers le banc de touche, un immense vent à Allardyce et de la joie partout-partout.

L’attaquant sénégalais is on fire. Lancé sur un ballon en cloche, au duel avec Kyle Bartley, il double son garde du corps et oblige Fabianski à venir au contact. Il ne tombe pas et redresse son ballon depuis la gauche de la surface mais touche le poteau. Par contre, l’arbitre n’oublie pas la sortie à l’arrache du Polonais et lui remet son petit carton rouge (67e).

Alex Song a passé le match au dessus de tout le monde et pousse le vintage très loin en remontant son short mi-cuisse. Il offre une nouvelle chance à Sakho qui fait le crevard et frappe en angle fermé sur le poteau alors que Caroll était parti pour le triplé, seul, à deux mètres des buts sur sa gauche (76e).

Diminués mais pas abattus, les Swans auront tenté jusqu’au bout avec les entrées de Gomis et Dyer mais c’est West Ham qui plie le match. Sakho tue le suspense en éclatant les filets du gardien remplaçant, Gerhard Tremmel sur une passe, de la tête d’Andy Caroll qui le met seul face aux buts à l’entrée de la surface (87e).

Les derniers rayons de soleil pointent sur les HLM qui entourent la pelouse et les « poètes » de l’East End peuvent faire les beaux après une rencontre finalement maîtrisée.

Olivier Sclavo à Upton Park – Crédit photo : Olivier Scalvo 

Olivier Sclavo

Journaliste, né dans le nid des Aiglons de l'OGCNice et vouant un culte sans fin à Paul Scholes. Basé à Londres pour vous donner le meilleur de ce que le football anglais a à nous offrir: des buts, des frappes, des tacles, de la bière et des tacles.

Vous Aimerez Aussi