Le site 100% foot anglais en direct d'Angleterre

Reportage West Ham/Newcastle : Et Moussa Sissoko vit rouge

Dans un froid de canard, Newcastle s’est incliné (1-0) à West Ham dans un match vraiment mauvais. Moussa Sissoko a été expulsé. Et c’est l’inconnu Aaron Cresswell qui a été le héros.

Paul Basse — 29 novembre 2014
Moussa Sissoko expulsé...bêtement
Moussa Sissoko expulsé...bêtement

Dans un froid de canard, Newcastle s’est incliné (1-0) à West Ham dans un match vraiment mauvais. Moussa Sissoko a été expulsé. Et c’est l’inconnu Aaron Cresswell qui a été le héros.

A dire vrai, on a commencé par être déçu par ce West Ham/Newcastle. En sortant de la station Upton Park, à une bonne heure du coup d’envoi, on s’était imaginé que les supporters des deux équipes allaient se chambrer gentiment mais copieusement comme partout, de la Premier League au bas-fond de la Perfide Albion. Tout juste quelques Lads éméchés à deux heures de l’après-midi beuglent. Tout le monde est un peu trop sobre ou endormi. Mais un supporter de Newcastle, qui arbore un catogan couplé à des cheveux dégarnis sur le devant, nous arrache un sourire.

On ne va pas se plaindre. C’est toujours un plaisir de venir à West Ham, qui reste un club authentique et très anglais. On entend par là : populaire, avec un stade ramassé, proche du terrain, où ça chante, râle et applaudit. Après s’être gavé de Sheperds Pie, on entre dans le vif du sujet. Les 22 acteurs, comme on les appelle, pénètrent sur le terrain sur un air de « I’m Forever Blowing Bubbles », une chanson populaire des années 20. Pas le temps pour les camaraderies ou pour entonner un troisième refrain, ça commence par un gros tacle de Cheick Tioté.

Des coups, beaucoup de coups

Le ton est donné : c’est un match où on se met des coups ; une rencontre au cours de laquelle la technique individuelle n’est pas le trait particulier des joueurs sur le pré. Tout juste, sur l’une de ses premières touches de balles, se dit-on qu’Ayoze Pérez a du ballon, quand il se retourne même si sa frappe passe à un bon mètre. Quatre Français sont sur la pelouse sans être géniaux non plus. Gouffran traverse son couloir droit comme un fantôme, en se faisant manger par Aaron Cresswell. Massadio Haïdara galère, mais est volontaire. Morgan Amalfitano fait perpétuellement les mauvais choix.

On s’ennuie, parce quand on aimerait voir autre chose que des passes ratées. Notre réconfort, c’est un ballon qui sort en touche pour Newcastle. Un supporter décide de faire le mariole en prenant tout son temps puis en redonnant le ballon à Gouffran. Tout fier, il se retourne. Mais personne n’applaudit. Il lève les bras, et quelques timides applaudissements surgissent. Ca s’appelle la compassion pour éviter le ridicule.

Newcastle a un poil d’emprise sur le jeu. C’est loin d’être génial, mais les demi-occasions sont là pour voiler la pauvreté du jeu. Les visiteurs ont quand même le mérite d’avoir un jeu cohérent et équilibré. West Ham compose sans son meilleur buteur Diafra Sakho, ni son milieu de terrain patron en la personne d’Alexandre Song. Le jeu des Hammers manque de fluidité, de mouvement, et trop souvent ça pue le kick-and-rush sur Andy Carroll. Oui, Andy Carroll joue toujours au football. Mais son style année 80 semble trancher avec celui d’aujourd’hui. On se demande comment il a pu être désigné homme du match…

Moussa Sissoko voit rouge après un but tout naze

Mi-temps. Les choses s’animent après la pause. Et oui, c’est mieux quand on joue au sol. Downing place une frappe du droit au-dessus. West Ham a repris l’ascendant. Dans un match, qui n’est pas pour les tenants d’un football champagne, les buts sont aussi moche. Kouyaté foire totalement sa frappe, mais Cresswell a bien suivi et trompe Elliott. But d’escroc. Mais Upton Park s’en fout royalement : 1-0 (55e). On les comprend.

Alan Pardew sort Tioté et Gouffran, remplacé par Cabella et Papiss Cissé. Il y a une série de cinq victoires à conserver. Sam Allardyce, l’imite et fait entrer Mauro Zarate. Ca ne change pas l’idée qu’on se fait d’un match moyen devant 34.977 spectateurs frigorifiés

Newcastle n’y arrive pas. Et ça fout les nerfs à Moussa Sissoko, expulsé en moins d’une minute. D’abord sur un ballon dégagé de rage, puis pour une semelle 45 secondes plus tard sur Andy Carroll. Amalfitano se chauffe tout seul, et cisaille par derrière Haïdara. C’est orange. Mister Mike Dean l’avertit. La fin de match est largement à l’avantage de West Ham, qui bénéficie à plein de sa supériorité numérique. Downing essaye de trouver Carroll, mais Haidara, repousse. C’est ensuite au tour de Mauro Zarate de lâcher un petit missile du gauche, repoussé par Elliot.

La dernière occasion de Newcastle est pour Sammy Ameobi, qui met la misère à tout le monde plein axe. Il n’a plus qu’à la glisser du gauche à Papiss Cissé en profondeur. Mais non, il décide d’y aller seul et de s’empaler sur la défense. Cissé, furibard, toise pendant de longues secondes un Sammy qui se cache penaud la tête sur la pelouse. Fin du match, au bout du temps additionnel, après une série d’occasions vendangées par Downing, Carroll et Zarate. West Ham prend les trois points et reste 5e. On s’applaudit à Upton Park,  sans même un petit mot pour chambrer les Magpies.

Crédit photo : DR

Paul Basse

Fondateur d'Offside ! Spécialiste de Chelsea FC. Grand amateur de Vine.

Vous Aimerez Aussi