Le site 100% foot anglais en direct d'Angleterre

Reportage : West Ham la joue discrète

Auteur d’un excellent début de saison, le club d’Amalfitano et Diafra Sakho est la surprise qui a dépassé l’été. Reportage à Upton Park autour du match West Ham/Aston Villa dans l’un des derniers clubs old school de Londres.

Paul Basse — 9 novembre 2014
West Ham
West Ham

Auteur d’un excellent début de saison, le club de Morgan Amalfitano et Diafra Sakho est la surprise qui a dépassé l’été. Reportage à Upton Park autour du match West Ham/Aston Villa sur l’un des derniers clubs old school de Londres.

A West Ham, il y a de la bière, beaucoup de bières, par pack, par dizaines. Partout, en bouteille, dans des gobelets en plastique du plus jeune à la plus ancienne. Pas de doute, nous sommes bien en Angleterre et plus précisément à Londres, au stade d’Upton Park, le temple de West Ham. Comme son nom ne l’indique pas, le club se situe à l’Est de Londres, dans le quartier populaire de Straford. Quatre tours HLM immenses viennent surplomber l’une des tribunes latérales. Kebabs, Subways, taxi phone, on n’est pas vraiment branché petit pull noué sur les épaules comme à Chelsea ou Fulham ici. La passion est bien là en tout cas. Upton Park est une enceinte ramassée, où les supporters se trouvent à cinq petits mètres à la louche de leur idoles.

Les Hammers, ce jour-là affrontent Aston Villa, l’équipe qui a fait illusion en début de saison avant de se ratatiner. West Ham, au contraire, est l’équipe qui monte, transfigurée par une entame séduisante, avec du jeu et des buts. L’an passé, Sam Allardyce était l’ennemi numéro un à Upton Park, mais tout a changé cette saison. Parce que celui qu’on appelait Big Fat Sam dans les travées du stade il y a encore cinq mois, a su se réinventer et se tourner vers un jeu d’attaque : « Les gens vont me regarder et penser que j’ai une identité. Je suis content de cela. Mais non, comme entraineur, vous devez être capable de vous adapter et changer. Je ne suis pas dogmatique. Je suis pragmatique« , souligne l’ancien entraineur de Bolton.

West Ham : Un quartier populaire

Ce samedi, West Ham domine mais ne réussit pas à marquer. Pourtant, chacun y met du sien. A commencer par Diafra Sakho. L’attaquant n’a pas mis longtemps à effectuer la transition Ligue 2 française/Premier League anglaise. Surprenant, quand on connait l’évident écart de niveau. Mais ça marche : 6 buts en 9 matchs avant ce dernier rendez-vous en club qui précède deux semaines de trêve internationale. Sakho a été rappelé par le Sénégal. Normal pour le meilleur joueur du mois d’octobre en Premier League.

Brad Guzan fait des miracles dans les cages de Villa pour repousser une bonne tête de Sakho ou une frappe lourde de Stewart Downing. Sur le banc, l’entraineur-adjoint de Paul Lambert à Villa, Roy Keane, mâche son chewing-gum frénétiquement. Avec ou sans gomme à mâcher, il fait de toute façon flipper.

« Europa League is a pile of shit »

Ce n’est pas la grosse ambiance au fond à Upton Park ce 8 novembre. Stewart Downing, ex-joueur de Villa, se fait copieusement insulter. On rigole quand même un peu quand les supporters entonnent un « Europa League is a pile of shit » (La Ligue Europa, c’est de la merde« ). Pourtant, s’ils continuent comme ça, ils y vont tout droit vers l’Europe. Ils ont fait tomber Liverpool et City à domicile. Ils sont collectivement au point. Ils sont aussi quatrièmes avec des recrues qui ont su se montrer indispensables. On a cité Diafra Sakho, on peut également évoquer Enner Valencia voire Downing. Franchement nul à Liverpool, ce dernier règne à gauche de ce milieu en losange du 4-4-2. Mais c’est un peu plus derrière qu’un joueur crève l’écran au poste de sentinelle. Alex Song fait un carnage. Son passage au Barça l’a fait progresser techniquement et tactiquement. Il règne sur le milieu de terrain, dans ses passes, dans son impact, par son leadership. Le Camerounais, à 27 ans, joue son meilleur football. On ne s’y trompe pas à Upton Park qui le désignera homme du match après la rencontre.

Sam Allardyce : entraineur de West Ham

Il pleut à la reprise à Upton Park. On entend que les supporters d’Aston Villa, jusqu’à ce que la tribune Bobby Moore décide de claquer des mains. Le froid peut-être. L’excitation n’est pas de mise même si West Ham est dans le haut du tableau. On est peut-être trop habitué aux lendemains qui déchantent. D’où cette retenue qui n’est pas de notre époque. Après tout, ce n’est que la 11e journée. Le chemin est encore très long.

Un joueur qui caractérise le mieux ce côté low-profile de West Ham est sans doute Andy Carroll. Le dernier joueur au monde ou presque à porter le catogan s’échauffait sur le bord du terrain en milieu de première mi-temps. Après d’excellents débuts avec Newcastle, il a explosé en plein vol à Liverpool, blessé et paumé, dans un club d’une telle envergure. Big Andy n’a jamais su s’adapter, ni au fond supporter le poids de son transfert.

Un club toujours old school

West Ham : Upton Park

Il reste 15 minutes à jouer et West Ham aligne la vieille garde. Kevin Nolan (32 ans) entre. Mark Noble (27 ans), qui a joué tout sa carrière à West Ham, lui cède le brassard. Classe. L’esprit Old Fashion est là côté West Ham : Carlton Cole (31 ans), qui a quand même fait faux-bond à Saint-Etienne est également de la partie. Trois types, bien british, qui ne font pas dans la finesse technique ou le Joga Bonito. Ca cogne dur et ce sont eux les vrais garants du coeur anglais, qui commandent et font que West Ham, reste West Ham. Un club où on se bouge le cul, on mouille le maillot et on reste dans les clous.

Enfin, on vibre en fin de match. Les Hammers veut aller chercher cette victoire. Ca hurle dans les tribunes. On reprend vie. En 2 minutes sur la pelouse, Andy Carroll se crée deux occasions : deux têtes, deux fois Brad Guzan s’interpose. Fin du match, 0-0. Le stade se vide en deux -deux. Certains rentrent chez eux. Beaucoup vont au pub en entonnant « Barcelone nous sommes après toi » Prendre une bière beaucoup de bières, par pack, par dizaines.

Paul Basse à Upton Park

Crédit photo : Ben Sutherland, O.F.E & DG

Paul Basse

Fondateur d'Offside ! Spécialiste de Chelsea FC. Grand amateur de Vine.

Vous Aimerez Aussi