Le site 100% foot anglais en direct d'Angleterre

LdC : Liverpool s’attaque à l’Everest, en slip, et sans gants

La voici , la voila, la plus belle affiche à Anfield depuis plus de 5 ans, celle qui fait saliver petits et grands, vieux moins vieux, roux , personnes de petite tailles, et personnes de très grande taille. Le Real Madrid, le club du roi, s’en retourne à Liverpool après la rouste mémorable subie en 2009 (4-0), oui mais voila, les choses ont légèrement changé.

Louis Bierlein — 22 octobre 2014
LFC_fans
LFC_fans

La voici , la voila, la plus belle affiche à Anfield depuis plus de 5 ans, celle qui fait saliver petits et grands, vieux moins vieux, roux , personnes de petite tailles, et personnes de très grande taille. Le Real Madrid, le club du roi, retourne à Liverpool après la rouste mémorable subie en 2009 (4-0), oui mais voila, les choses ont légèrement changé.

Le Real ready

Le Real domine aujourd’hui la planète football, vainqueur de sa dixième C1 l’année dernière, ils arrivent en pleine bourre dans le nord de l’Angleterre, avec dans leur petit panier, Ronaldo, Bale (indisponible, mais quand même dans le panier) Modric, Ramos, Benzema, Kroos, Varane et on rajoutera même Casillas, par respect pour son oeuvre. Une armada qui ferait trembler même un José Luis Chilavert en pleine forme.

Certes en pleine confiance, le Real n’a certainement pas oublié le 4-0 infligé la dernière fois qu’ils ont mis les pieds dans ce stade. Gageons que Carlo Ancelotti n’a pas oublié la finale de 2005 non plus, il faudra s’attendre à une équipe 100% impliquée.

Quid de Liverpool

Liverpool a aussi la Coupe d’Europe dans son ADN : cinq victoires dont une magistrale à Istanbul en 2005, une finale perdue en 2007, tout cela ne semble pas si loin et pourtant… Le club a disparu des joutes européennes depuis bien trop longtemps et arrivera ce soir contre le Real uniquement avec sa b…Steven Gerrard et son cout…inho.

Les Reds qui restent sur une victoire ô combien délicate contre QPR, dernier du championnat (2-3) , vont devoir sortir un Mario Balotelli supersonique de leur chapeau, ce qui semble pour le moins compromis.

Liverpool aura bien besoin de ses supporters à moustaches

Les clés du match

La bataille technique ne sera pas gagnée par Liverpool, soyons clairs. C’est donc au physique et à l’envie qu’il faudra bousculer CR7 et ses compères. A coup de crampons dans les fesses, et avec une rigueur de tout les instants. Bloquer Cristiano, évidemment, mais sans oublier le reste des Galactiques, voilà ce que sera, ce soir, la mission la plus dure pour Brendan Rodgers and co.

Pour ce faire ils peuvent évidemment compter sur Steven Gerrard, la légende sera certainement remontée comme une pendule. A lui, en tant que leader d’emmener ce groupe dans la bataille, et à lui de distribuer ballons, et taquets.

Devant Balotelli n’a pour l’instant rien montré, mais l’Italien est toujours bon dans les grands matchs. N’oublions pas que même John Carew a, un jour, martyrisé le Real. Avec Sturridge blessé c’est probablement à l’italien qu’incombera la délicate tâche de pourrir la soirée de la défense Madrilène. Bonne chance Mario, tu vas en avoir besoin.

Même si le Real n’a pas marqué un but lors des trois matchs joués contre Liverpool, les choses semblent assez simples. Il faudra être solide et dérouler comme ils savent le faire. Sur le papier il y a un cran d’écart, certes, à eux de le matérialiser sur le terrain. Ils sont prévenus, ils feront face à une équipe courageuse. Mais quand vous avez sur le terrain Cristiano Ronaldo, épaulé par Modric et Tony Kroos, le temps passe plus vite. Contre-attaques éclairs, frappes de loin et probablement le meilleur joueur de tête de la planète, de quoi filer Skrtel et Lovren crises d’angoisse et tours de reins.

Et au final ?

Liverpool est de ces clubs qui produisent du rêve par barquettes de 10 kg. Alors oui Liverpool semble très faible par rapport au géant Madrilène, oui Luisito « petit-ponts » Suarez est désormais en Espagne, mais Liverpool est capable aux tripes de bousculer ce Real pour peu qu’il fasse preuve d’un peu de suffisance. Et le Real Madrid est certes une gigantesque machine, mais il suffit parfois d’un grain de sable pour enrayer le tout. Brendan Rodgers est probablement en train de saupoudrer ses joueurs, de sable, d’espoirs, de souvenirs et de belles histoires. . On imagine mal ce scenario arriver, mais nous chez Offside ! on aime le football. Et le football, c’est rêver.

Louis Bierlein

Vous Aimerez Aussi