Le site 100% foot anglais en direct d'Angleterre

Ozil, Wenger, Mourinho : Ce qu’il faut retenir de Chelsea/Arsenal

Les Blues de Chelsea ont réussi le match presque parfait pour dominer Arsenal dans le choc de la 7e journée de Premier League. Une rencontre animée sur le banc par l’accrochage entre Arsène Wenger et José Mourinho. 4 choses à retenir d’un derby agité.

Paul Basse — 5 octobre 2014
Arsène Wenger et José Mourinho se chiffonnent
Arsène Wenger et José Mourinho se chiffonnent

Les Blues de Chelsea ont réussi le match presque parfait pour dominer Arsenal (2-0) dans le choc de la 7e journée de Premier League. Une rencontre animée sur le banc par l’accrochage entre Arsène Wenger et José Mourinho. 4 choses à retenir d’un derby agité.

Premier League – 7ème journée – Chelsea 2 – 0 Arsenal

1. Ozil est catastrophique
On a pointé son manque d’influence sur le jeu. Cela s’est vérifié à Stamford Bridge. Des dribbles foirés, des passes à cotés : une prestation terriblement plate, sans un soupçon de leadership. L’énigmatique Mesut Özil est revenu dans un (grand) match qui demandait de l’engagement et attendait ses grands joueurs. Avant la rencontre, Arsène Wenger avait révèlé que Fabregas n’était pas venu parce qu’il était satisfait d’avoir Özil. A voir les deux joueurs, un Fabregas n’aurait pas été de trop. Depuis six mois, on le confirme, le champion du monde ne met plus un pied devant l’autre.

2. Mourinho/Wenger : c’était chaud !

Premier League – 7ème journée – La bousculade Wenger/Mourinho

Pour la 12e fois d’affilée, Arsène Wenger a regagné le vestiaire après un match contre le Chelsea de José Mourinho sans connaître le goût de la victoire. 5 fois, il s’est contenté du nul. 7 fois, il a dû encaisser la défaite. On sait les deux hommes en très mauvais termes. Dimanche après-midi, il y a eu des mots, et des bousculades sur le bord du terrain  parce que Wenger a pénétré dans la zone technique de Mourinho : « Je lui ai dit « Quitte ma zone, et ne revient pas« , a révélé Mourinho en conférence de presse. Rien de bien méchant, mais qui illustre le fait que les deux bonhommes, incapables de s’ignorer pendant 90 minutes, ne peuvent vraiment pas se supporter. Ils se sont quittés, comme à chaque fois, en mauvais termes sans se serrer la main au coup de sifflet final.

3. Same Old Arsenal

Les matchs contre les grandes équipes se suivent et se rassemblent pour Arsenal. L’histoire est écrite, établie, lue, vue et revue. Laurent Koscielny a concédé un nouveau penalty après une belle perçée de Hazard dans l’axe. Derrière, comme Mourinho l’a souligné, Chelsea a semblé en contrôle. L’équipe d’Arsène Wenger n’a jamais donné l’impression d’être capable de changer le cours de la rencontre. On le confirme : il y a trop de manques dans cette équipe pour espérer rêver du titre de champion.

4. Same Old Chelsea
Ils ont beau concédé plus de buts et en marquer davantage que la saison passée, la philosophie des Blues reste la même quand l’adversité s’élève : un jeu dur, défensif parce qu’il ne donne rien à l’adversaire et redoutable en contre-attaque. Les trois principes ont été appliqués avec des duels âpres face à une équipe d’Arsenal qui n’a jamais trouvé la clé. « Nous étions prêts à ce qu’ils aient le ballon. Défensivement, nous avons été bons. A 1-0, le match était dans la poche« , dit modeste Mourinho. Finalement une accélération d’Eden Hazard a mené au penalty qu’il a converti ; Diego Costa a inscrit son 9e but en Premier League. Le match a été accroché, mais le club de l’Ouest de Londres n’a pas été poussé dans ses retranchements.

2-0 but de Diego Costa qui met un terme au match face à l'équipe d'Arsène Wenger

5. Et les Blues s’échappent
Toujours invaincu, leader, vainqueur de six matchs sur sept : tous les voyants sont au vert pour José Mourinho et Chelsea. Il reste 31 matchs : et beaucoup de choses peuvent enrayer la bonne dynamique des Blues mais les premiers écarts sont impressionnants : 5 points sur Manchester City, 8 sur Manchester United, et 9 sur Tottenham et Liverpool. L’effectif semble mature, dévoué à leur entraineur. Pas un nuage ne flotte au-dessus du ciel des Blues. Chelsea est épargné par les blessures car même Thibaut Courtois, touché dans un choc avec Alexis Sanchez, ne devrait pas être éloigné bien longtemps des terrains.

Paul Basse

Fondateur d'Offside ! Spécialiste de Chelsea FC. Grand amateur de Vine.

Vous Aimerez Aussi