Le site 100% foot anglais en direct d'Angleterre

LDC : Manchester City s’est (un peu) renié

Tenu en échec (1-1) par la Roma, Manchester City l’a joué prudent ce mardi soir. Une approche curieuse à domicile alors que les Citizens devaient s’imposer.

Paul Basse — 30 septembre 2014
Manchester City : Deux points de perdu
Manchester City : Deux points de perdu

Pour Manchester City, finalement, ça ne fait qu’un point en deux matchs après le nul ce mardi soir contre l’AS Roma (1-1) et il va falloir cravacher pour s’extirper de ce groupe E, qu’on prédisait abordable. Se sachant en position déjà délicate après sa défaite en ouverture (0-1), on s’attendait à ce que Manchester City envoie du jeu, des taquets, de l’envie. D’autant que ça avait bien démarré. Après quatre minutes de jeu Aguero est bêtement accroché au bras par Maicon. Kun se fait justice sur péno : 1-0.

Mais derrière, Dieu que City a été frileux ! Ce qui caractérise Manchester City parfum Manuel Pellegrini, c’est le jeu, vers l’avant toujours vers l’attaque avec du rythme et de la vitesse. Ce n’est pas ce qu’on a vu à l’Etihad. On a vu à l’Etihad deux lignes de quatre, avec 8 joueurs qui attendent quand la Roma a le ballon. Ils attendent qu’elle passe à l’attaque et leur en plante un. Trois minutes seulement après l’ouverture du score, Maicon tape la barre. Première avertissement que ce n’est pas une bonne idée.

Puis voilà, la sentence tombe. Totti, joueur le plus lent sur le terrain est lancé en profondeur, couvert par la défense accordéon de Manchester City, et s’en va marquer d’une joli pichenette. Classe, il devient le Roger Milla de la Ligue des champions : le buteur le plus âgé de la l’hisoire de la C1 à 38 ans.

Manchester City : Yaya Touré encore à côté de ses pompes....

Le plan sans accroc de la Roma

On n’est pas surpris parce que Manchester City joue à contre-nature, à contre-courant de ce qu’elle fait en Premier League depuis un an. la Roma manoeuvre City à sa guise mais foire toujours la dernière passe. Au milieu, Nainggollan presse, tacle, intercepte. Seydou Keita, à côté de lui, manoeuvre la boutique comme un parrain : je chipe des ballons puis je joue simple et court. Les Citizens ont la possession mais n’ont aucun contrôle. En 2e mi-temps, ça bouge enfin parce que James Milner est lancé sur le côté droit de Maicon (certes pas aidé par le manque d’impact de Fiorenzi) en lieu et place de Jesus Navas. Lampard entre aussi et ramène plus de stabilité.

Mais City n’insiste pas vraiment. Parce qu’elle craint la Roma. La Louve, elle, se méfie et fait super gaffe à la boulette qui compromettrait un bon point à l’extérieur. Tout ça donne un nul avec des sursauts en fin de match : des frappes contrés, des centres qui filent dans la surface. Fin du match : 1-1. City se complique la tâche et doit battre le CSKA Moscou deux fois pour se relancer. Oui, la Roma est une bonne équipe (5 victoires en 5 matchs de Serie A). Oui, Manchester City n’a pas non plus perdu. Oui, deux victoires et tout repart. Mais il va falloir être conquérant à Moscou et à l’Etihad. Et en attendant, Yaya Touré a encore fait un match tout pourri.

Paul Basse

Fondateur d'Offside ! Spécialiste de Chelsea FC. Grand amateur de Vine.

Vous Aimerez Aussi