Le site 100% foot anglais en direct d'Angleterre

Transferts : La Premier League dépense un milliard !

La somme colossale a été dépensée par les clubs de Premier League cet été sur le marché des transferts. Retour sur un mercato complètement fou en Angleterre

Paul Basse — 2 septembre 2014
Transferts : Le père noel est anglais
Transferts : Le père noel est anglais

La somme colossale d’un milliard d’euros a été dépensée par les clubs de Premier League cet été sur le marché des transferts. Retour sur un mercato complètement fou en Angleterre [hr style= »dotted »]

Jusqu’au bout, les clubs de Premier League ont ferraillé sur le marché des transferts, à la recherche d’une dernière star ou de l’ultime bonne opportunité. Manchester United, Hull City et Arsenal ont chacun demandé un délai, accepté par la Premier League pour finaliser les arrivées respectives de Falcao, Hatem Ben Arfa et Danny Welbeck. Même lors du dernier jour, ils auront été dispendieux.

Manchester United a réussi le coup médiatique de cette fin de mercato en engageant Falcao, prêté un an avec option d’achat par l’AS Monaco. Joli coup en tout cas car le joueur est un buteur hors pair, même si on peut se demander pourquoi les Red Devils, sens dessus dessous en ce début de saison, n’ont pas cherché à s’offrir un défenseur central expérimenté.

Peut-être parce que Louis Van Gaal avait déjà fait dépenser 183 millions d’euros à son employeur. Un montant record pour le club le plus titré du football anglais. On sent que le vent a tourné à Old Trafford. Le temps où on s’appuyait sur une base de joueurs formés à l’academy est révolu. Aujourd’hui, United est désormais un club comme les autres en Premier League frappé par la fièvre acheteuse. Au total, selon nos comptes et ceux de sportingintelligence.com, 1 milliard d’euros a été dépensé par les 20 formations de l’élite dont 75 millions pour le transfert le plus cher de l’histoire du football anglais dans le sens « achat » avec Angel Di Maria.

Les dépenses club par club en millions deuros | Create Infographics

L’inflation des transferts et des salaires est monstrueuse. Comment font-ils tous ces clubs anglais pour acheter aussi cher et si facilement ? Pour être le premier championnat où se tourne les présidents de Ligue 1 pour exfiltrer un joueur ou rafler une plus-value intéressante ? Certains comme Arsenal avec Puma (36€ par an) ou Manchester United avec Chevrolet (65M€ par an) ont signé des contrats de sponsoring énormes. Mais ce sont surtout les droits télés domestiques (Sky Sports et BT Sport paient 1,25 milliard d’euros par an) et à l’international (2,8 milliards sur trois ans) qui font sauter la banque. Tant et si bien que le grand enseignement de ce mercato d’été 2014 est que tous les clubs de Premier League peuvent acheter à prix élevé voire exorbitant. Prenons West Ham. Les Hammers ont été capables de claquer au total 44 millions dont 30M€ sur Enner Valencia et Mauro Zarate en dépit d’une saison 2013-2014 médiocre.

Répartition droits TV | Create Infographics

Sunderland a frôlé la relégation, mais détient une puissance financière importante. Les Black Cats se sont payés le luxe d’attirer, même en prêt, Ricky Alvarez, l’un des meilleurs espoirs de Serie A. Hors top 8, même les clubs habitués au ventre mou ou au milieu de tableau, ont les moyens de se payer leur starlette…à n’importe quel prix. Dans le genre prix salés d’ailleurs, on ne fait pas mieux qu’un joueur anglais. Denrée rare dans le championnat, ils auront été achetés à prix d’or cet été, même si leur talent ou leur potentiel sont encore à éprouver. Adam Lallana (30M€, Liverpool) et Luke Shaw (32M€, Manchester United) ont été très bien vendus par Southampton. Jack Rodwell, de son côté, n’avait quasiment pas joué avec Manchester City depuis deux ans, pourtant Sunderland a dû sortir 12M€ pour l’engager.

 BwfEMA_CEAEFy1I  Transferts : Welbeck signe à Arsenal

Certes, Luis Suarez a quitté la Premier League direction Barcelone. Oui, les meilleurs joueurs du monde, Cristiano Ronaldo, Lionel Messi, Neymar évoluent au sein de La Liga, à Barcelone, au Real Madrid ou l’Atletico. Mais rarement (jamais ?) le championnat n’avait concentré autant de talents : Radamel Falcao, Diego Costa, Cesc Fabregas, Alexis Sanchez, Mesut Özil, Mario Balotelli, Sergio Aguero, Yaya Touré, Thibaut Courtois, Eden Hazard, Wayne Rooney, Vincent Kompany, voire Raheem Sterling. Mais comment dans le même temps ne pas se demander si ce football survivra à lui-même, à cette excitation constante et cette frénésie des transferts ?

Elle amuse médias et supporters cette période de l’année. Moins les entraineurs qui doivent sentir, quelque soit leur club, la pression du résultat et des conditions de plus en plus « précaires » -moins sur le plan financier que sur le temps accordé pour réussir. Pas du tout à la Fédération Anglaise où on doit se demander comment certains jeunes vont bien pouvoir se démerder dans ses conditions pour avoir leur chance.

[hr style= »dotted »]

Crédit photo : Howard Lake & Twitter

Paul Basse

Fondateur d'Offside ! Spécialiste de Chelsea FC. Grand amateur de Vine.

Vous Aimerez Aussi