Le site 100% foot anglais en direct d'Angleterre

Ben Arfa : Toujours la même rengaine

L’ancien lyonnais a été écarté à Newcastle. Au-delà de ses problèmes de poids supposés, le nouveau clash couve depuis un an entre le joueur et le club. Analyse.

Paul Basse — 20 juillet 2014
Hatem Ben Arfa au shooting Nike
Hatem Ben Arfa au shooting Nike

Pape Diouf, à l’origine de la venue d’Hatem Ben Arfa au Vélodrome, avait l’habitude de dire que « l’Homme ne change jamais, mais qu’il évolue ». Le cas Ben Arfa est peut-être celui qui ébranle la théorie du Pape. Le prodige a défrayé une nouvelle fois la chronique. Comme à Marseille, Lyon ou Newcastle, Les Magpies ont perdu patience : Ben Arfa a eu la mauvaise idee de revenir avec un embonpoint certes léger (1,5kg), mais qui sonne comme le dérapage de trop du côté de St James’ Park. Le club a décidé de mettre au ban son numéro 10, chouchou des supporters.

Le clan Ben Arfa a démenti que son poulain soit en surpoids dans le quotidien Le Parisien. Normal. Mais ses dirigeants avaient déjà retrouvé leur joueur lesté de quelques kilos à l’intersaison 2013. On ne change pas, vraiment pas. A Marseille, on se souvient que quelques heures après un discours poussé sur la diététique de Didier Deschamps, Ben Arfa s’était offert une barre de chocolat, dégusté à quelques mètres de son boss. Aujourd’hui, l’éternel espoir n’a plus de numéro de maillot et a été privé de la tournée du club en Nouvelle-Zélande. On évoque des pistes au Qatar pour le joueur de 27 ans, qu’on peut classer comme le plus grand gâchis du football français de ces 15 dernières années.

Que son surpoids soit un prétexte pour le pousser dehors ou une réalité, l’incident est le dernier épisode d’un an de frictions entre le meneur de jeu et Alan Pardew. Août 2013, Ben Arfa démarre pied au plancher sa saison en Premier League. Déroutant dans ses dribbles, efficace devant le but, il se dit dans le Nord de l’Angleterre qu’enfin le môme s’est canalisé, a trouvé l’équilibre et qu’il est désormais prêt à devenir celui qu’on a toujours présenté comme le joueur le plus doué de sa génération. Mais Hatem Ben Arfa a toujours déçu. Incorrigible, son niveau de jeu s’étiole. Les prestations fantomatiques s’enchainent.

Du Ben Arfa tout craché

De là, s’enclenche les 3 étapes d’une rupture prévisible et systémique dans la carrière de HBA : 1. son entraineur le place sur le banc, lassé de son manque de régularité. 2. Engoncé dans ses certitudes appuyées par un entourage qui lui répète qu’il est un phénomène, Ben Arfa s’impatiente. 3. Une altercation vive éclate et des mots sont assenés au manager, pour définitivement achever la relation.

Les deux premiers actes se sont déroulés respectivement à l’automne dernier puis le 5 avril 2014 après la claque (0-4) face à Manchester United : « J’ai eu un un problème avec le manager juste après le match contre Manchester. On a eu un échange musclé. Mais c’est tout. Je pense que notre relation est « OK ». Je respecte ses décisions » disait-il à la presse anglaise en avril dernier. Par la suite, Ben Arfa n’est apparu qu’une fois la semaine suivant la défaite face à United, avant d’être écarté lors des quatre dernières journées de championnat.

La saison 2014 de Ben Arfa

La saison 2014 de Ben Arfa : 3 buts, 3 passes décisives – Crédit : whoscored.com

Alan Pardew pourrait inviter à sa table Alain Perrin, Erick Gerets et Didier Deschamps, il y aurait matière à disserter. Il n’est pas le seul déçu de Ben Arfa. Il n’est pas le seul à s’être dit que ses prédecesseurs avaient peut-être mal cernés le bonhomme, mais qui s’est résigné à l’évidence.

Pourtant, quand il veut jouer au football, le vrai, professionel et qui demande des sacrifices, le natif de Clamart a tout ce qui ferait de lui un joueur de grande classe. Mais cela n’arrive que très rarement 3 ou 4 fois par saison au bout du compte -et encore- avant un vide long comme l’attente et l’excitation que Ben Arfa suscite depuis des années. Dans une autre vie, oú les artistes s’exprimeraient librement et sans retenue, Hatem Ben Arfa serait un génie, une figure du jeu libre. Son style, ses fulgurances, son abilité l’auraient peut-être même couronné cette année au Brésil, là où ont joué les plus romantiques du football.

Paul Basse

Fondateur d'Offside ! Spécialiste de Chelsea FC. Grand amateur de Vine.

Vous Aimerez Aussi