Le site 100% foot anglais en direct d'Angleterre

Man Utd : Louis Van Gaal sur du velours

Le nouvel entraineur de Manchester United a été présenté à la presse ce jeudi. L’ancien sélection des Pays-Bas a déjà réussi ce que David Moyes n’avait pas su faire : l’unanimité.

Paul Basse — 17 juillet 2014
LouisVanGaal
LouisVanGaal

Les supporters de Manchester United, désireux de voir Ryan Giggs s’installer au poste d’entraineur en chef en lieu et place de Louis Van Gaal ne doivent plus être nombreux. Le Batave a su faire preuve de finesse depuis l’annonce de sa venue au club. Difficile de trouver un opposant à un entraineur bardé de titres, passé par l’Ajax (1991-1997), Barcelone (1997-2002 puis 2002-2003) et le Bayern Munich (2009-2011). Il s’est attaché durant le Mondial, à la tête de la sélection néerlandaise, à ne jamais évoquer publiquement son futur club. Fin également, lorsqu’il a tendu la main à Giggs qui assurait l’intérim avant lui, et se sentait prêt à prolonger l’idylle au poste de manager, qui durait depuis 23 ans comme joueur. Van Gaal s’est évité le rôle du méchant qui chasse la légende, en demandant au Gallois de le seconder. Il a aussi promis ce jeudi lors de sa présentation de trouver des postes à Nicky Butt, Paul Scholes et Phil Neville. Banco : Van Gaal a tout le monde dans sa poche. Aussi et surtout parce que le désormais ancien sélectionneur des Pays-Bas a réussi sa Coupe du Monde. Les Oranje ont fini 3e de la compétition, en écrasant au cours du Mondial l’Espagne (5-1) en ouverture et le Brésil (3-0) en clôture pour la troisième place.

Le tout avec des attributs bien mancuniens : la force collective d’un groupe jeune, fondée sur une assise défensive remarquable (4 buts encaissés en 7 matchs), l’utilisation des ailes (jeu en 3-5-2), et une attaque prolifique (12 buts) et spectaculaire (Robben). Si les Pays-Bas de Van Gaal, losers perpétuels mais plutôt cool, ont échoué aux tirs au but en demie après un 0-0 décevant face à l’Argentine, du reste leurs prestations -moins par le jeu que par l’engagement- rappellent ces rencontre à Old Trafford où l’équipe d’Alex Ferguson a toujours donné le sentiment de tout essayer.

Un patron aux manettes

Aujourd’hui, Van Gaal marche sur du velours. Il a su gommer l’arrogance qui lui été reproché par l’ancien président du Bayern Uli Hoeness après son passage en Bavière : « Ce n’est pas qu’il est Dieu, il est le père de Dieu. Louis était là avant même que le monde existe », persiflait dans de Telegraaf le désormais taulard. Un propos qui sonne comme celui de Christophe Dugarry qui lui avait glissé ces mots doux après que les deux hommes se soient côtoyés à Barcelone : « Van Gaal était puant, pédant… Que je sois bon ou mauvais, il gueulait. Je partais à l’entraînement avec les larmes aux yeux. Jouer, faire des passes, ça doit être un plaisir. Là, c’était un calvaire ». A Carrington ce mercredi, il n’en a pas trop fait. Pas question de promettre le titre, mais de rappeler le passé très récent et glorieux des Red Devils. Sans oublier de glisser un petit taquet à Liverpool sur le thème qui-a-la-plus-grosse : « C’est le plus grand club du monde. En deux jours j’ai réalisé à quel point ce club était important« .

A la veille de sa présentation, il avait pris soin de donner l’image d’un type brave et ouvert. Sans agent, la commission de circonstance pour tout représentant de joueurs ou d’entraineurs a finalement échu à une oeuvre de charité. Les joueurs ont désormais 4 semaines pour se montrer et se bouger à l’entrainement : « Je vais voir ce que les joueurs actuels peuvent faire, et peut-être qu’ensuite j’achèterais ». Le message est lancé, voilà les joueurs prévenus : fini la récré David Moyes, il y a un boss désormais à Old Trafford.

[hr style= »dotted »]

Crédit photo : Manchester United

Paul Basse

Fondateur d'Offside ! Spécialiste de Chelsea FC. Grand amateur de Vine.

Vous Aimerez Aussi