Le site 100% foot anglais en direct d'Angleterre

Arsenal : La Cup, et maintenant ?

Après avoir mis fin à 9 ans sans titre, Arsenal doit continuer sa mue pour espérer être un candidat crédible au titre de champion l’année prochaine.

Paul Basse — 8 juin 2014
Crise à Arsenal : La Cup semble bien loin
Crise à Arsenal : La Cup semble bien loin

En football, comme en toute chose à vrai dire, quand l’attente est grande, la joie -quand l’issue est favorable- est plus importante et plus belle que tout, parce que l’ivresse du soulagement et d’un titre domine la mémoire. On range au rang d’inopportun le fait de parler de la manière. Arsenal et ses supporters ont ressenti et montré tout ça a Wembley samedi après-midi. La disette est finie : 3283 jours plus tard, Thomas Vermaelen a soulevé la Cup. 9 ans après Patrick Vieira, qui ne sera plus le dernier porteur d’un trophée remporté par Arsenal.

Même si la prestation des Gunners a été fade : pas aboutie, pas sereine. Elle s’évapore devant un titre. Mais, Il y a de quoi construire ici. Dans le cambouis.

C’est ce qu’on reprochait aux Gunners. D’être trop propre, et pas assez bouseux dans les grands rendez-vous. C’est chose faite. Winning dirty. S’il n’y a pas de place pour le beau jeu, il y en a pour le jeu direct. Et c’est le passage en 4-4-2, avec l’entree d’un Yaya Sanogo volontaire mais encore brut qui a changé la donne. Merci les longs ballons comme un piquet de glace pour faire rompre la peau des Tigers.

L’avenir dira si c’est le début d’une succession de succès. En attendant, Arsenal peut se dire qu’il faut ponctuellement ranger le beau costume, pour s’habiller comme un lendemain de cuite quand il faut malgré tout, cette barre au milieu du crane, réussir sa journée. En l’occurence, remporter le titre de champion, ce qui serait une première depuis les Invincibles de 2004.

Pour aller plus haut, il faudra éviter d’arriver en retard et d’encaisser deux buts en 8 minutes. Il sera nécessaire d’épaissir un effectif qualitativement trop juste pour s’assurer uniquement des places d’honneur et une coupe -même si la Cup est belle.

Ce succès renforce Arsène Wenger, contesté qui, mine de rien, est parvenu à accrocher l’Europe et remporter la Coupe d’Angleterre, en écartant Tottenham, Liverpool et Everton. Le 12e de sa carrière. Mais l’heure n’est pas aux questions, et à l’avenir : c’est le temps de l’ivresse. Qu’ils en profitent.

Crédit photo : Kieran Clarke/Flickr 

Continuer la lecture...

Paul Basse

Fondateur d'Offside ! Spécialiste de Chelsea FC. Grand amateur de Vine.

Vous Aimerez Aussi